Press "Enter" to skip to content

Q4866

Last updated on octobre 15, 2020

no 4866
14-Oct-2020 9:02:48 PM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
Après aujourd’hui, est-ce que ça fait plus de sens?
Bouclez votre ceinture.
Q

============
MON ANALYSE
============

On a vu cette image à plusieurs reprises, qui réfère à Octobre Rouge, et aux « Chasseurs qui deviennent les chassés ». Il y a longtemps que nous avons déterminé qu’un des sens donné à cette image est celle de Hunter Biden. « Hunter », en anglais, veut dire « chasseur ». C’est aussi le prénom du fils de Joe Biden. Pour comprendre la référence avec « aujourd’hui », il faut lire le post #4851, publié plus tôt dans la journée. On y apprend que le New York Post a révélé en exclusivité des courriels et des photos sensibles concernant Hunter et Joe Biden, notamment qu’il a utilisé le lien avec son père, alors vice-président, pour obtenir des bénéfices financiers importants. On y apprend aussi que Joe Biden savait. Et suite à ça, les médias de masse pro-démocrates, Twitter et Facebook ont décidé de ne pas parler de ce sujet, ou de simplement censurer le contenu.

Twitter a même jugé bon de bloquer le compte de Kayleigh McEnany, l’attaché de presse de la Maison Blanche.

Twitter a aussi bloqué un des comptes de la campagne Trump:

Image

Le sénateur républicain Josh Hawley a publié sur facebook une lettre qu’il vient d’envoyer à Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, dans laquelle il demande des questions très spécifiques concernant cette censure.

  1. Est-il normal de réduire la diffusion des articles sur votre plateforme avant qu’ils n’aient été vérifiés? Si oui, quelle est votre politique spécifique et où est-elle énoncée?
  2. Si vous avez des preuves que ce reportage contient de la « désinformation » ou si vous avez déterminé qu’il y a des inexactitudes dans le reportage, les divulguerez-vous au public afin qu’il puisse avoir accès à vos conclusions?
  3. Pourquoi vous êtes-vous efforcé de déclarer publiquement qu’un tel reportage faisait l’objet d’une vérification des faits? Une telle intervention publique ne reflète-t-elle pas en soi l’évaluation de la crédibilité d’un reportage par Facebook?
  4. Est-ce qu’un membre de l’équipe de la campagne présidentielle de Biden-Harris ou une personne se présentant comme représentant les intérêts de la campagne a demandé, encouragé ou ordonné à Facebook de supprimer l’article du New York Post?
  5. Le New York Post a précédemment rapporté que les employés des six plus grandes entreprises technologiques de la Silicon Valley – y compris Facebook – ont donné près de 5 millions de dollars à la campagne de Biden-Harris, contre seulement 239 000 $ à la campagne du président Trump. Quelles mesures Facebook a-t-il prises pour s’assurer que les préférences politiques de vos employés n’influencent pas les décisions de suppression de contenu?

À cet effet, Jack Dorsey, fondateur de Twitter, a publié un fil de discussion dans lequel il adresse ce point spécifiquement.

Notre communication autour de nos actions sur l’article @nypost n’a pas été très bonne. Et le fait de bloquer le partage d’URL par tweet ou par messages directs sans contexte quant à la raison de notre blocage : inacceptable.

Le fil provient de « Twitter Safety », et se lit ainsi (en quelques tweets):

Nous voulons apporter la clarté nécessaire sur les mesures que nous avons prises concernant deux articles du NY Post qui ont été publiés pour la première fois sur Tweeter ce matin.

Les images contenues dans les articles contiennent des informations personnelles et privées – comme des adresses électroniques et des numéros de téléphone – ce qui violent nos règles.

Comme nous l’avons indiqué ce matin, nous considérons également que le matériel inclus dans les articles constitue une violation de notre politique en matière de matériel piraté.

Les commentaires ou les discussions sur le matériel piraté, tels que les articles qui le couvrent mais qui n’incluent pas ou ne sont pas liés au matériel lui-même, ne constituent pas une violation de cette politique. Notre politique ne couvre que les liens ou les images du matériel piraté lui-même.

Cette politique, établie en 2018, interdit l’utilisation de notre service pour distribuer des contenus obtenus sans autorisation. Nous ne voulons pas encourager le piratage en autorisant l’utilisation de Twitter pour la distribution de matériel obtenu illégalement.

Nous savons que nous avons encore du travail à faire pour apporter de la clarté à notre produit lorsque nous appliquons nos règles de cette manière. Nous devrions apporter plus de clarté et de contexte lorsque nous empêchons le tweeting ou les messages directs de liens internet qui violent nos politiques.

Nous reconnaissons que Twitter n’est qu’un des nombreux endroits où les gens peuvent trouver des informations en ligne, et les règles de Twitter sont destinées à protéger la conversation sur notre service, et à ajouter un contexte à l’expérience des gens là où nous le pouvons.

Dans ce cas, Twitter aurait aussi dû bloquer le contenu des lanceurs d’alertes des dernières années, notamment les histoires sur la fausse collusion avec la Russie et le scandale avec l’Ukraine, les deux chevaux de bataille de Adam Schiff…

La réalité est que quand ça favorise les démocrates, y’a aucun problème.

Bref, Q nous dit que ce n’est pas terminé, d’autres révélations s’en viennent. Octobre sera chaud.

 

AJOUT DU 15 OCTOBRE:

Le sénateur américain Josh Hawley a officiellement demandé aux PDG de Twitter Facebook, Jack Dorsey & Mark Zuckerberg de venir comparaître devant la sous-commission judiciaire du Sénat sur le crime et le terrorisme lors d’une audience à venir intitulée « Plates-formes numériques et interférence électorale ».

Photo de Chris CueAgag.Photo de Chris CueAgag.

One Comment

  1. saïd
    saïd octobre 17, 2020

    Et YouTube il ne sont pas concerné???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre − deux =