Press "Enter" to skip to content

Q4932

no 4932
22-Oct-2020 1:46:08 AM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
EJ6EtDcWoAAnhTJ.png
EJ6EtDjWsAE4e7H.png
EJ6EtDYXYAEr4sZ.png
disclosures-clerk.house.gov/public_disc/financial-pdfs/2016/10016142.pdf
en.interfax.com.ua/news/press-conference/625831.html
Q

============
MON ANALYSE
============

Q partage de l’information sur Adam Schiff, ce démocrate qui a passé les 4 dernières années à blâmer la Russie pour tout et rien, à inventer des scandales, et à mentir sans arrêt.

Dans les images attachées (et le premier lien), on voit les déclarations financières de Adam Schiff pour 2017. Il y a des participations dans Franklin Templeton Mutual Shares Fund Class C, dans BlackRock California Municipal Income Trust (BFZ) et dans BlackRock MuniHoldings California Quality Funds, Inc. (MUC).

Il ne faut pas oublier que l’année dernière, Adam Schiff était le chef de file dans le mensonge UkraineGate. Schiff avait accusé Trump, grâce à un lanceur d’alerte qui n’avait aucune idée de la vérité et qui a été préparé par Schiff, d’avoir retenu de l’aide militaire pour l’Ukraine en échange d’une enquête sur Joe Biden, Crowdstrike, etc. Schiff avait utilisé l’expression « quid pro quo » pour essayer de faire destituer le président. Il a même lu une transcription de l’appel avec le président ukrainien qui était une absolue et complète fabrication. Il a été exposé comme le menteur qu’il est quand le lendemain, Trump a déclassifié et rendu public la véritable transcription de l’appel, qui ne concordait en aucun point avec les mensonges de Schiff.

La troisième image est tirée d’un article du 20 novembre 2019 de l’agence d’informations ukrainienne Interfax. Notez-bien les liens entre ces compagnies et Adam Schiff, un des membres les plus corrompus de l’Establishment démocrate:

KYIV. 20 nov (Interfax-Ukraine) – Les députés ukrainiens ont demandé aux présidents de l’Ukraine et des Etats-Unis, Volodymyr Zelensky et Donald Trump, d’enquêter sur les soupçons de légalisation de 7,4 milliards de dollars par la « famille » de l’ex-président Viktor Ianoukovitch par le biais du fonds d’investissement américain Franklin Templeton Investments, qui, selon eux, a des liens avec le Parti démocrate américain.

Lors d’une conférence de presse à l’agence Interfax-Ukraine mercredi, le député Andriy Derkach a annoncé que les députés avaient reçu de nouveaux documents de journalistes d’investigation sur la corruption internationale et la participation de fonctionnaires ukrainiens à celle-ci.

« La semaine dernière, le 14 novembre, le bureau du procureur général (PGO), sans que les médias ne s’en aperçoivent, a annoncé un nouveau soupçon au propriétaire notoire de Burisma, l’ex-ministre de l’écologie Zlochevsky. Selon ce soupçon, la famille Ianoukovitch est notamment soupçonnée de légaliser (blanchir) des revenus obtenus de manière criminelle par le biais de Franklin Templeton Investments, un fonds d’investissement effectuant des achats d’obligations d’emprunt du gouvernement externe pour un montant total de 7,4 milliards de dollars », a déclaré M. Derkach.

En référence à l’enquête, il a souligné : il s’agissait d’argent obtenu de manière criminelle par la « famille » de Ianoukovitch et investi dans l’achat de la dette ukrainienne en 2013-2014.

Pour sa part, le député Oleksandr Dubinsky de la faction Serviteur du peuple a déclaré que selon les enquêteurs, « la « famille » Ianoukovitch a obtenu illégalement 7,4 milliards de dollars et a blanchi les fonds par le biais d’un fonds d’investissement proche de certains représentants du Parti démocrate américain sous la forme d’obligations d’emprunt du gouvernement extérieur ».

Pendant ce temps, Derkach a déclaré que plusieurs faits indiquent la relation de Franklin Templeton Investments avec le Parti démocrate américain.

« Le fils du fondateur de Templeton, John Templeton Jr, était l’un des principaux donateurs de la campagne du président Obama. Un autre personnage lié aux fonds est Thomas Donilon. Directeur général du BlackRock Investment Institute, actionnaire de Franklin Templeton Investments, qui détient la plus grande part du fonds. Il convient de noter qu’il a été auparavant le conseiller d’Obama pour la sécurité nationale », a déclaré M. Derkach.

Le député a déclaré que les présidents de l’Ukraine et des États-Unis devraient combiner les efforts des deux pays pour établir les faits de corruption et de blanchiment d’argent avec la participation des citoyens des deux pays.

« Le président Zelensky doit prendre le téléphone, composer le « Trump », demander de l’aide et de la coopération dans la lutte contre la corruption et s’envoler pour Washington. La question de la lutte contre la corruption internationale en Ukraine avec la participation des citoyens, des hommes d’affaires et des fonctionnaires américains devrait devenir un élément clé lors de la réunion des deux présidents », a-t-il déclaré.

M. Derkach a déclaré qu’à la suite de la réunion, il est nécessaire d’établir une interaction entre les autorités d’enquête ukrainiennes et le ministère américain de la justice pour obtenir des informations sur les organisateurs de l’émission d’obligations, les clients et les bénéficiaires des fonds d’investissement pour chaque achat, interroger les responsables des fonds, etc.

Comme indiqué, le 9 octobre 2019, Derkach a publié une correspondance officielle entre le NABU et l’ambassade américaine, selon laquelle le premier adjoint du Bureau national anti-corruption de l’Ukraine (NABU), Gizo Uglava, par l’intermédiaire de son assistante Polina Chyzh, a longtemps fourni à l’ambassade américaine des informations qui ont eu un effet négatif sur le déroulement des événements en Ukraine et aux États-Unis.

Derkach a déclaré que Chyzh avait reçu des instructions du représentant de l’ambassade américaine en Ukraine, Hanna Emelyanova, pour fournir des informations sur l’affaire impliquant Zlochevsky.

Derkach a également annoncé le montant des fonds transférés aux représentants du groupe Burisma, dont Hunter Biden. Selon les documents, en général, en faveur de Hunter Biden, Alexander Kwasniewski, Alan Apter et Devon Archer, Burisma a payé environ 16,5 millions de dollars.

Selon Derkach, l’ex-procureur général Viktor Shokin a fait appel à plusieurs reprises au directeur de la NABU, Artem Sytnyk, dans le cadre de la procédure pénale pour la Burisma, mais a constamment reçu des réponses formelles. Les activités de Shokin, selon le député, ont irrité le vice-président américain de l’époque, Joe Biden, lors de sa cinquième visite à Kiev en deux ans. La visite des 7 et 8 décembre 2015 a été consacrée à la résolution de la question de la démission de Shokin pour les affaires de Zlochevsky et de la Burisma, a-t-il déclaré.

« L’objet de la pression était la garantie de crédit d’un milliard de dollars que les Etats-Unis auraient dû fournir à l’Ukraine : Biden lui-même a reconnu la pression dans son discours au Conseil des relations étrangères des États-Unis en janvier 2018 », a déclaré M. Derkach.

 

Peut-être que Black Rock vous dit quelque chose. Le 27 mars, Q a publié son post #3904.

no 3904
Q !!Hs1Jq13jV6
27 Mar 2020 – 16:58:17
twitter.com/Ir0nbelly/status/1243635945045479426
Ceci n’est pas seulement une autre élection de [4] ans.
Q

Je vais recopier ci-dessous ce que j’avais dit à l’époque, mais essentiellement, afin d’adresser la crise du covid, Trump a invoqué le Defense Production Act, qui lui permet d’ordonner à certaines entreprises de faire ce qu’il veut. Trump a fait la première étape de nationalisation de la réserve fédérale et a ordonné à Black Rock d’être l’agence qui allait gérer toutes les transactions de la Réserve Fédérale. Black Rock ne pouvait pas faire autre chose sans que ce ne soit approuvé par son Secrétaire de la Trésorerie. Steve Mnuchin. Essentiellement, Black Rock n’avait plus d’autonomie. L’entreprise dans laquelle Schiff avait des actions est maintenant entre les mains de Trump et son administration.

Donc, ce que j’avais dit à l’époque pour ce post:

Mesdames et messieurs, je vous présente le nouveau président de la Réserve Fédérale Américaine, Donald J. Trump.

=====

Ce message de Q est probablement représentatif d’un des moments les plus importants de notre histoire moderne. Pour vous permettre de comprendre ma vision de ce post, je vais faire référence à plusieurs posts passés et à un podcast.

Q ramène la phrase « Ceci n’est pas seulement une autre élection de [4] ans » qu’il a mentionné à plusieurs reprises dans le passé. Ce n’est pas une élection de routine pour mettre en place une personne qui ne contrôle pas grand chose.

L’élection de Trump sert à mettre fin à cette domination par l’état profond et ces mondialistes qui veulent tout contrôler. Si vous n’avez pas déjà cette vidéo intitulée « Cette vidéo fera élire Donald Trump », veuillez l’écouter.

Le lien Twitter que Q a partagé nous amène vers un article de Yahoo Finance (yhoo.it/2UpGd0v). En résumé, l’auteur (une chochotte qui a publié son opinion non-sollicitée sur Bloomberg) se plaint des pouvoirs du président Trump vis-à-vis la réserve fédérale américaine.
=-=-=
La Fed financera un véhicule à objectif spécifique (SPV = special purpose vehicle) pour chaque acronyme (les différents outils financiers) afin de mener ces opérations. Le Trésor (Treasury Department), par l’intermédiaire du Fonds de Stabilisation des Marchés Boursiers, prendra une participation dans chaque SPV et sera en position de « première perte ». Qu’est-ce que cela signifie? En substance, c’est le Trésor, et non la Fed, qui achète tous ces titres et soutient les prêts; la Fed agit en tant que banquier et fournit le financement. La Fed a engagé BlackRock Inc. pour acheter ces titres et gérer l’administration des SPV au nom du propriétaire, le Trésor.

En d’autres termes, le gouvernement fédéral nationalise de larges pans des marchés financiers. La Fed fournit l’argent nécessaire à cette opération. BlackRock s’occupera des transactions.

Ce plan fusionne essentiellement la Fed et le Trésor en une seule organisation. Alors, voici votre nouveau président de la Fed, Donald J. Trump.
=-=-=

En décembre 2018, Q dit que le président était au courant du plan de la FED visant à augmenter les taux d’intérêt pour tuer l’économie et nuire à ses chances de réélection. Q a également indiqué qu’un changement de structure était à venir.
Dans son post 1194, Q nous disait que la Réserve Fédérale allait être restructurée. Il l’a redit dans le post #2575: « Changement de structure à venir? »

Dans son post 134, Q nous parle des opérations qui se sont déroulées en Arabie Saoudite (la purge), pourquoi elles sont importantes, il nous demande de suivre l’argent puis termine avec « +++ », « ++ » & « + » (l’Arabie Saoudite, les Rothschild et George Soros).

Puis dans ses posts 135-136-137-138, Q dresse la liste de toutes les banques qui sont contrôlées par la Réserve Fédérale Américaine et qui appartiennent à la famille Rothschild. Il y en a 168 au total. Il ajoute à la fin que la FED et l’IRS (le revenu interne) aussi sont ciblés, ainsi que ceci: « La Réserve fédérale américaine est une société privée, installée sur son propre terrain, à l’abri des lois américaines. »

Pour Trump et Q, il n’est pas question de laisser une entité souveraine non-américaine diriger l’économie du pays.

Je rappelle que « Q » n’est pas qu’une seule personne, c’est une opération militaire qui veut reprendre le contrôle de la nation et libérer la planète de l’influence maléfique de l’état profond. C’est international. Alors quand vous demander « Alors nous en France? » ou « Et nous au Canada? », vous avez votre réponse maintenant. « Q » est mondial.

Ça fait plusieurs années que Trump dit qu’il n’est pas content des politiques de la FED. Ce n’est donc pas une surprise de le voir ordonner des changements et d’offrir des mesures de stabilisations financières qui forcent la FED à agir. Mais pratiquement tous les américains (et les population des autres nations) n’ont aucune idée que « leur » banque nationale » est privée et ne leur appartient pas. Donc ce combat de restructuration se fait dans l’ombre. Q nous a dit que 80% des opérations de reprise de contrôle se font en secret. Il fallait donc un événement important qui permettrait au président américain de prendre des mesures drastiques. Entre en jeu L’épidémie de coronavirus ».

Qu’est-ce que cette épidémie cause?
– Perte massive d’emplois (3.3 millions, annoncé 26 mars);
– Détresse financière pour de grands pans de la population;
– Confinement;
– etc.

Qu’est-ce que cette épidémie permet?
– Éviter la panique en ayant les gens chez eux;
– Autoriser immédiatement le transfert de fonds pour les familles, commerces entreprises en difficultés pour leur permettre de s’offrir les besoins essentiels à leur survie, en plus de repousser les prêts hypothécaires (entre autre); et surtout,
– Restructurer la FED.

Trump a invoqué le « Defense Production Act » (bit.ly/33Tm31L), ce qui autorise le président à
– exiger des entreprises qu’elles acceptent et donnent la priorité aux contrats qu’il juge nécessaires pour la défense nationale;
– désigner les matériaux qu’il faut interdire de thésauriser ou de pratiquer des prix abusifs;
– établir des mécanismes (tels que des règlements, des ordonnances ou des agences) pour attribuer des matériaux, des services et des installations afin de promouvoir la défense nationale;
– contrôler l’économie civile afin que les matériaux rares et/ou critiques nécessaires à l’effort de défense nationale soient disponibles pour les besoins de la défense;
– réquisitionner des biens, à forcer l’industrie à développer la production et la fourniture de ressources de base, à imposer des contrôles des salaires et des prix, à régler les conflits du travail, à contrôler le crédit à la consommation et le crédit immobilier, à établir des priorités contractuelles et à allouer des matières premières à la défense nationale.

Donc pendant que cet acte est invoqué, Trump peut forcer toute entreprise ou institution à agir selon sa volonté pour les besoins de la nation. L’économie étant vitale à la défense nationale, les institutions qui y prennent part n’y échappent pas. Surtout pas la Réserve Fédérale. et il se pourrait que le message #3903 du 26 mars (« [infiltration au lieu d’invasion] ») fasse référence à cette approche (en plus de faire référence au discours de JFK sur les sociétés secrètes).

Pour en savoir plus sur l’histoire de la Réserve Fédérale Américaine, je vous invite à consulter le post #2575 et lire les premiers commentaires. J’entre en très grand détails sur le sujet, ave beaucoup de références historiques.

Pour beaucoup de gens, ceci semble être lié au NESARA, le « reset économique ». Je rappelle que le NESARA a été voté en 2000 par une administration contrôlée par l’État profond. Il est donc impossible pour Donald Trump d’utiliser leur plan pour un reset économique. Oubliez ce mot. Personnellement, je suis convaincu que le président américain, avec l’opération Q, fait sa propre version de ‘reset’, ou du moins une reprise du contrôle de l’économie américaine, et peut-être même un retour à une monnaie basée sur l’étalon Or (et possiblement un panier de ressources renouvelables et/ou non-renouvelables).

Trump a déjà affirmé dans une entrevue qu’il voudrait revenir à l’étalon Or (bit.ly/39o8I2I) et Dick Bove, de CNBC Markets, a mentionné en juillet 2018 que Trump devrait prendre le contrôle de la FED (cnb.cx/3aorh8d). D’ailleurs, Q a dit dans son post #2619 que « L’or va détruire la FED ». Selon Statista (t.co/HoKXBD1UNQ?amp=1), les États-Unis possèdent le plus d’or au monde, avec 8,4 tonnes métriques. La Chine en possède 4,9 tonnes et l’Allemagne 3,4 tonnes. Donc si les États-Unis, et par conséquent la FED, décident d’imposer l’étalon Or, ET que le dollar américain est toujours la monnaie d’échange mondiale, les autres nations devront suivre le pas. Imaginez, la fin mondiale de l’inflation, ce véhicule économique qui rend les riches plus riches, les pauvres plus pauvres et qui creuse le fossé entre les riches et la classe moyenne…

Je termine avec ceci. Si Q/Q+ (Q+ étant Trump) restructure la FED, s’ils coupe la tête de l’hydre qui étend ses tentacules partout dans le monde, croyez-vous vraiment que cette révolution s’arrêtera aux États-Unis? Si toutes les 168 autres banques des diverses nations prenaient leurs ordres de la FED, comprenez-vous pourquoi on vous dit que ça aura un impact « en France », « au Canada », et partout ailleurs?

Q, c’est mondial.
Q ne divise pas par les frontières.
La libération est pour l’humanité.
WWG1WGA!

 

Je fais référence au post #2575 plus haut. Il contient l’histoire de la création de la réserve fédérale. Je le recopie ci-dessous.

no 2575
Q !!mG7VJJxZNCI
10 déc. 2018 – 15h20:23
Le plan d’augmentation des taux par la FED [forte inclinaison à partir de mars 2019] dans un effort de « tuer » l’économie avant l’élection présidentielle de 2020 est connu et prévu.
Changement de structure à venir?
Q

Il y a une chose super importante à savoir ici dont on n’a pas vraiment parlé car on passe notre temps à traduire les messages de Q au fur et à mesure qu’ils entrent, en donnant aussi un peu de contexte. Mais depuis mon arrivée, Q n’a pas parlé de la FED dans ses messages.

La FED, soit la Réserve Fédérale Américaine, est en guerre avec Trump. Cette organisation privée identifiée par Q comme faisant partie de l’empire des Rothschilds, n’aime pas Trump. Un des objectifs de Trump dans son désir de faire le ménage et vider le marais, est de couper la tête des Rothschilds et changer la structure de la FED. La FED doit redevenir une banque nationale comme elle l’étant avant 1913.

Trump (Q+) et Q sont parfaitement au courant du désir des Rothschilds et de la FED de faire tomber l’économie américaine et blâmer le tout sur Trump. Trump, lui, via twitter, expose depuis de nombreux mois les différentes tractations de la FED et il la force à agir. Quand l’économie tombera, Trump pourra effectuer un ‘audit’, soit un examen approfondie sur celle-ci, qu’elle le veuille ou non, et suite à ça, des décisions seront prises pour éviter que les crises de ce genre se reproduisent. Il est probable que la potentielle crise soit réellement sévère et problématique, et surtout douloureuse pour beaucoup de gens, mais ça semble faire partie du plan général.

Ultimement, dans les différents cercles de décodeurs de Q, et dans d’autres cercles, il y a des discussions de ‘reset’ économique, soit un « on jette tout et on recommence », mais qui inclurait aussi l’effacement de toutes les dettes causées par la FED (ce que nombreux parmi vous (les membres) connaissez sous GESARA/NESARA).

Pour comprendre la création de la Réserve Fédérale Américaine (qui n’est ni une ‘réserve’, ni ‘fédérale’), je vous recopie plus bas un texte que j’ai écrit en 2013 (pour ces 100 ans). Je n’ai pas pris la peine de vérifier si tous les liens fonctionnent encore, désolé s’il y a des liens brisés. Et il se peut fortement que les liens Bit.ly aient expiré.

Voici:

23 décembre 1913, la création de la Réserve Fédérale Américaine
En l’honneur du 100ème anniversaire de la création de la Réserve Fédérale américaine, je vous propose un bref historique sur sa création et ses conséquences.

La création de la Réserve Fédérale Américaine, du dollar américain et la faillite des États-Unis Au début du siècle dernier les États-Unis utilisaient les «United States Notes» (USNs, http://bit.ly/dpBUE) comme instrument financier. Les achats étaient effectués en s’échangeant des certificats représentant une quantité déterminée d’or (http://bit.ly/17OaEAS) ou d’argent (http://bit.ly/Dbn6e) stockés dans des entrepôts gouvernementaux.

En 1907, une panique économique fait rage. En 1908 le leader républicain Nelson Aldrich crée la «National Monetary Commission» (http://bit.ly/1dSEIKb) avec le mandat d’évaluer la situation. Ses publications en 1910 (http://bit.ly/1ceqfuW) mèneront à la création de la Réserve fédérale américaine. Le 3 février 1913, le président William H. Taft fait adopter le 16ième amendement (http://bit.ly/3i2E2C) de la constitution américaine qui permet de récolter des impôts. Le nouveau président Woodrow Wilson fait adopter le 3 octobre 1913 le «Revenue Act of 1913» (http://bit.ly/eKueac) et, grâce au 16e amendement (http://bit.ly/3i2E2C), on commence à percevoir des impôts de 1% sur les couples gagnant plus de 4’000 dollars & sur les gens seuls gagnants plus de 3’000 dollars, ainsi qu’une table d’imposition progressive (http://bit.ly/r79dRm). À l’époque, moins de 1% des américains, les plus riches, payaient des impôts.

Après des mois de discussions et d’opposition, le «Federal Reserve Act» (http://bit.ly/rHwtu) est adopté par le sénat à 43 voix contre 25, avec 27 abstentions. Signé le 23 décembre 1913, il crée la «Réserve Fédérale», une institution privée (http://bit.ly/IYMHLX) qui devient la banque centrale des États-Unis, et à laquelle on donne le pouvoir de la création d’argent non-basé sur l’or, et ce même si la constitution américaine ne le permet pas (http://bit.ly/BMDob). La FED introduit les «Federal Reserve Notes» (FRNs, http://bit.ly/6R7hH) qui deviendront les dollars américains (http://bit.ly/1jrsDNB) tels qu’on les connaît aujourd’hui. L’acte fait que les banques fédérales sont incorporées (http://1.usa.gov/ciUjBr) en 1914 et à partir de 1916 la FED commença à distribuer ses FRNs en parallèle (http://bit.ly/1h6ABi9) avec les «United States Notes» (USNs). Un individu pouvait alors échanger son or contre des FRNs (dollar américain). Les USNs étaient des reçus officiels représentant la richesse réelle en or et en argent de la population, alors que les FRNs sont des bouts de papier sous forme de dette basés sur rien de réel, ce qu’on appelle «Fiat currency» (http://bit.ly/1g18XAh). À chaque fois qu’un échange comme ça se faisait, moins d’or étaient disponible et plus de dette étaient créée. Tranquillement, la Réserve Fédérale se ramassait avec de plus en plus d’or et le peuple, de moins en moins. Éventuellement, la limite allait être atteinte.

En 1920, le Congrès américain vote le «Independant Treasury Act of 1920» (http://bit.ly/1i19RkB), un acte qui mets fin au «Treasury Department of the United States government» (http://bit.ly/1cNIJNR) et laisse le champ libre à la FED. Rapidement, les réserves d’or se retrouvent vides et les États-Unis sont dans la fâcheuse position de ne plus être en mesure de remplir leur obligations contractuelles vis-à-vis la Réserve Fédérale, ce qu’on appelle dans le jargon des affaires «l’insolvabilité», la faillite.

Dans les semaines qui précédèrent le mois de mars 1933, les américains perdirent grandement confiance en les banques et en peu de temps commencèrent à fermer leurs comptes et réclamer leur en or, ce qu’ils avaient déposés en échanges de certificats. Les banques étaient incapables de le remettre car il n’en avait pas assez pour combler la demande. En effet, les banques avaient donnés plus de certificats que d’or qu’elles possédaient réellement. Devant l’impossibilité de répondre aux besoins, des milliers de banques fermèrent leurs portes et déclarèrent faillite, laissant la population en plan. Cette épreuve s’ajoutait aux conséquences de la crise économique de 1929 (voir les «Recall Loans» (http://bit.ly/1aV4uJW) de 1929 pour plus d’informations). En 1931 seulement, 2’290 banques ont fait faillites (http://bit.ly/1a4aO2w) aux États-Unis et les conséquences de la grande dépression se sont faites sentir jusqu’en Europe où près de 15 millions d’emplois furent perdus (http://nyti.ms/1cAXnI9).

C’est ainsi que le 2 mars 1933, le gouverneur de Washington, Clarence Martin, via le «Washington State Senate Bill No. 185» (http://bit.ly/hyfXtU) et autorisé par les deux chambres, ordonne la fermeture de toutes les banques de l’état de Washington. Avant même le début de la prochaine journée, et ce à la grandeur du pays, le 4 mars 1933, toutes les banques des 48 états de l’époque ferment aussi leurs portent et ce jusqu’au 13 mars pour les 12 banques de la réserve fédérale et jusqu’au 15 pour toutes les autres.

Arrive le 4 mars 1933 Franklin Delano Roosevelt, le nouveau président américain, avec un speech pour «réconforter le peuple» (http://bit.ly/18sS7bN) et sauver les banques. Il émet alors une série d’ordres exécutifs et de proclamations qui transformeront le système bancaire américain.

– Message inaugural de Franklin D Roosevelt du 4 mars 1933 (http://bit.ly/18sS7bN) – Il explique qu’il va contrôler les banques et le système;
– Proclamation 2038, 5 mars 1933 (http://bit.ly/1e6Hv2B) – (Proclamation qui allait devenir le «Act of March 9 1933»);
– Executive Proclamation 2039, 6 mars 1933 (http://bit.ly/tEDJA) – La déclaration d’un «Bank Holiday» (période pendant laquelle les banques sont fermées);
– Résolutions des gouverneurs, 6 mars 1933 (http://bit.ly/1bHzez8) – Les gouverneurs des 48 États annoncent que les labeurs futures de leurs constituants pourront servir à payer la faillite, faisant officiellement d’eux des esclaves économiques;
– Executive Proclamation 2040, 9 mars 1933 (http://bit.ly/17ObEVK) – La creation d’un «Bank Holiday» et de l’état d’urgence nationale;
– Message to Congress on Resumption of Banking, 9 mars 1933 (http://bit.ly/18cHU5t) – Demande de Roosevelt pour que la FED commence à émette de l’argent (FRNs);
– Ordre Exécutif 6073, 10 mars 1933 (http://bit.ly/1fpN3ZS) – Les banques ouvrent leurs portes sous une nouvelle formule;
– Ordre Exécutif 6102, 5 avril 1933 (http://bit.ly/tz1g6) – Cet ordre exige que tout ce qui est pièce d’or, monnaie ou certificat pour de l’or «soit immédiatement retourné au gouvernement»;
– Ordre Exécutif 6111, 20 avril 1933 (http://bit.ly/1aLxcAk) – Gère les transactions financières sur les marches étrangers;
– HRJ-192, June 5th 1933, 73rd Congress, 5 juin 1933 (http://bit.ly/18V6dPN) – La résolution qui élimine de l’or comme standard et scelle la faillite;
– Ordre Exécutif 6246, 10 août 1933 (http://bit.ly/1iAg8ld) – Gère les achats du gouvernement et l’application des codes de lois.

Avec la proclamation 2040, Roosevelt rend l’état d’urgence nationale permanent et empêche l’exportation, la frappe et la conservation personnelle de la monnaie en or, ainsi que sa spéculation sur les marchés internationaux. Le jour suivant, il signe l’ordre exécutif 6073 permettant aux banques de rouvrir mais ordonne à celles qui veulent le faire d’obtenir une licence qui les font tomber sous la juridiction du Secrétaire de la Trésorerie. Elles doivent conserver tout l’or qu’elles reçoivent et commencer à distribuer des FRNs (dollars américains), lesquels ne reposent pas sur l’or. Plus de 2’000 banques resteront définitivement fermées après le 15 mars, ne se procurant pas de licence en règle avec le nouveau régime (Robert Lynn Fuller, Phantom of Fear: The Banking Panic of 1933 (McFarland, 2011)).

Par la suite, Roosevelt signe l’ordre exécutif 6102 et ordonne à la population de ramener à une des succursales de la «Federal Reserve System» d’ici le 1 mai 1933 tout ce qu’elle possédait en or (monnaie, pièce et certificat) sous peine d’une amende de 10’000 dollars américains (284’000 US$ en date de novembre 2013) et de 10 ans d’emprisonnement.

Le gouvernement américain ne pouvant plus rembouser ses dettes avec de l’or (The Defining Moment: The Great Depression and the American Economy in the Twentieth Century (University of Chicago Press, 1997) p. 29), la faillite des États-Unis est officialisée le 5 juin 1933 à 16h40 quand le congrès approuve la résolution 192 (http://bit.ly/18V6dPN) rendant légal et donnant pleine valeur au billet vert de la Réserve Fédérale. Pour gérer la faillite ainsi que l’apport financier constant du peuple américain, et pour ne manquer personne, la nouvelle corporation des États-Unis, le 14 août 1935, adopte le «Social Security Act» (http://1.usa.gov/qVFpRA), qui donne un numéro de sécurité sociale à tous les «nouveaux citoyens» américains, rend les rapports d’impôts obligatoires pour tous ces «numéros», puis remet au «Bureau of Internal Revenue» (http://bit.ly/5DFLyA) le mandat de percevoir les impôts auprès de ces «numéros» Maintenant connue sous le nom de «Internal Revenue Services», l’IRS n’est rien d’autre qu’une agence de collection privée et inconstitutionnelle (http://bit.ly/1iAgDM3).

Le Senate report 93-549 (mandaté en 1973) intitulé «Special Committee on the Termination of the National Emergency» (http://bit.ly/1csqItn) est un rapport qui mettait à jour l’état d’urgence nationale (http://bit.ly/L1jLq) qui persistait aux États-Unis depuis le 3 mars 1933 (suite à la fermeture de toutes les banques originalement par le gouverneur de Washington Clarence Martin). Cet état d’urgence aura duré 40 ans et a été réactivé par George W. Bush le 14 septembre 2001. Il est toujours en effet (http://1.usa.gov/198TitO (https://www.whitehouse.gov/…/Message-from-the…/)).

John F. Kennedy a bien tenté de défier la réserve fédérale en signant le 4 juin 1963 l’ordre exécutif 11110 (http://bit.ly/pNyIf) ordonnant le retour et l’émission des «silver certificates». Chaque once de «silver» dans les coffres de l’état permettait l’émission d’un certificat échangeable contre tout produit et service, remplaçant par le fait même les FRNs (les dollars américains). Évidemment, l’assassinat de Kennedy mis un frein à tout cela. Bien que l’ordre exécutif soit toujours en fonction, aucun autre président américain n’a jusqu’à ce jour émit de «silver certificate».
Quelques citations d’américains influents à propos des banques: – Président américain Andrew Jackson (1829-1837): «Si le people comprenait l’injustice de l’argent et comment fonctionne notre système bancaire, il y aurait une révolution d’ici la fin de la journée.»

– Sénateur George W. Malone (Nevada) parlant devant le congrès en 1957: «Je crois que si le peuple de cette nation comprenait pleinement ce que le congrès leur a fait depuis les 49 dernières années, il marcherait sur Washington et n’attendrait pas les prochaines élections.»
– John F. Hylan, maire de New York: «La véritable menace contre notre république est ce gouvernement invisible, qui comme une pieuvre, étends ses tentacules gluantes sur nos villes, états et notre nation.»
– Président américain Franklin D. Roosevelt: «La vérité derrière tout ça, comme nous le savons tous, c’est qu’une entité économique possède le gouvernement depuis les jours d’Andrew Jackson.»
– Président Woodrow Wilson: «Certains des hommes les plus puissants des «États-Unis, dans le monde du commerce et manufacturier, ont peur de quelque chose. Ils savent qu’il existe un groupe si puissant, si organisé, si subtile, si camouflé, si attentif, si interconnecté, si complet, si pervers, que quand ils le condamnent c’est à peine si c’est chuchoté.»
– Thomas Jefferson: «Si le peuple américain laisse aux banques privées le contrôle de l’émission de la monnaie, les banques et corporations qui auront grossies autour d’eux, via l’inflation et la déflation, vont déposséder le peuple de tous leurs biens et terres jusqu’à ce que leurs enfants se retrouvent dans les rues d’un continent conquis par leurs ancêtres.»

Sources:
1. United States Notes: http://bit.ly/dpBUE
2. Gold certificates: http://bit.ly/17OaEAS
3. Silver certificate: http://bit.ly/Dbn6e
4. William H. Taft: http://bit.ly/Dbn6e
5. Liste des presidents américains: http://bit.ly/10o6BA
6. 16ème amendement constitutionnel américain: http://bit.ly/3i2E2C
7. Personne morale: http://bit.ly/18cFUtU
8. Woordow Wilson: http://bit.ly/xL7VR
9. Revenue Act of 1913: http://bit.ly/eKueac
10. Impôt progressif: http://bit.ly/r79dRm
11. Federal Reserve Act: http://bit.ly/rHwtu
12. Acte signé par Wilson: http://bit.ly/17xJYC9
13. La FED est une institution privée: http://bit.ly/IjueJc
14. L’entrevue d’Alan Greenspan: http://bit.ly/IYMHLX
15. La constitution américaine et la monnaie: http://bit.ly/BMDob
16. Federal Reserve Notes: http://bit.ly/6R7hH
17. Incorporation de la FED: http://1.usa.gov/ciUjBr
18. 1$ Federal Reserve Note: http://bit.ly/1jrsDNB
19. Federal Reserve Note vs United States Notes: http://bit.ly/1h6ABi9
20. Fiat currency: http://bit.ly/1g18XAh
21. Independant Treasury Act of 1920: http://bit.ly/1i19RkB
22. Recall loans: http://www.lib.uwo.ca/borrowing/quickguide.html
23. Washington State Senate Bill No. 185: http://bit.ly/hyfXtU
24. Message inaugural de Franklin D Roosevelt: http://bit.ly/18sS7bN
25. Proclamation 2038: http://bit.ly/1e6Hv2B
26. Executive Proclamation 2039: http://bit.ly/tEDJA
27. Résolutions des gouverneurs: http://bit.ly/1bHzez8
28. Executive Proclamation 2040: http://bit.ly/17ObEVK
29. Message to Congress on Resumption of Banking: http://bit.ly/18cHU5t
30. Ordre Exécutif 6073: http://bit.ly/1fpN3ZS
31. Ordre Exécutif 6102: http://bit.ly/tz1g6
32. Ordre Exécutif 6111: http://bit.ly/1aLxcAk
33. HRJ-192: http://bit.ly/18V6dPN
34. Ordre Exécutif 6246: http://bit.ly/1iAg8ld
35. Senate Report 93-549: http://bit.ly/1csqItn
36. État d’urgence nationale: http://bit.ly/L1jLq
37. Trading With The Enemy Act of 1917: http://bit.ly/PdrDl4
38. Code de Commerce Uniforme: http://bit.ly/fiGFXC
39. Social Security Act of 1935: http://1.usa.gov/qVFpRA
40. Internal Revenue Services: http://bit.ly/5DFLyA
41. Le congressiste Ron Paul sur l’illégalité de l’IRS: http://bit.ly/1iAgDM3
42. Ordre Exécutif 11110: http://bit.ly/pNyIf
43. National Monetary Commission: http://bit.ly/1dSEIKb
44. National Monetary Commission’s reports: http://bit.ly/1ceqfuW
45. Treasury department of the United States Government: http://bit.ly/1cNIJNR
46. Discours du congressiste McFadden sur l’Angleterre comme créditeur: http://bit.ly/19mmjrC
47. 1931, 2’290 banques font faillite: http://bit.ly/1a4aO2w
48. 15 millions d’emplois perdus: http://nyti.ms/1cAXnI9
49. L’état d’urgence aux États-Unis est toujours en cours: https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/message-president-regarding-emergency-declared-with-respect-september-11-2001-terro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − sept =