Press "Enter" to skip to content

Q4931

no 4931
22-Oct-2020 1:41:15 AM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
breitbart.com/politics/2020/10/21/bombshell-statement-biden-insider-claims-he-was-recipient-of-the-email-says-he-witnessed-joe-hunter-discussing-deals/
Q

============
MON ANALYSE
============

Tony Bobulinski, un ex-partenaire d’affaire de la famille Biden, confirme que les courriels de Hunter sont bien réels car il est la personne mentionnée. Il en a eu assez de voir ce qui se passe et a décidé de faire une sortie publique.

 

Déclaration explosive: Un initié de Biden affirme qu’il était le « destinataire du courriel » et qu’il a été témoin de la discussion de Joe, Hunter, sur les ententes.

Un PDG dénonciateur et initié de Biden, Tony Bobulinski, a publié mercredi soir une déclaration publique soutenant le reportage du New York Post de la semaine dernière et affirmant qu’il avait personnellement vu l’ancien vice-président Joe Biden, candidat démocrate à la présidence, discuter d’accords commerciaux avec son fils, Hunter Biden.

Des sources familières avec l’affaire ont déclaré à Breitbart News que Bobulinski est la personne dont les allégations et les informations privilégiées sont au centre d’une enquête à venir du Wall Street Journal. Cette histoire du Wall Street Journal n’a pas encore été publiée, plusieurs jours après que le personnel du journal ait indiqué à certains que l’article sortirait – on ne sait pas exactement pourquoi le Journal n’a pas encore publié – mais le président Donald Trump a laissé entendre, lors d’une conférence téléphonique en début de semaine, qu’une telle histoire provenait du journal.

La déclaration de M. Bobulinski semble également authentifier au moins un des courriers électroniques piégés obtenus par le New York Post, censé provenir de l’ordinateur portable de Hunter Biden récupéré dans un magasin de réparation d’ordinateurs du Delaware. La déclaration contredit également les affirmations de certains démocrates selon lesquelles une campagne de désinformation russe est au centre du scandale naissant qui engloutit actuellement la campagne de Biden dans les derniers jours de l’élection.

Bobulinski a déclaré dans un communiqué de presse qu’il a publié mercredi soir :

« Je m’appelle Tony Bobulinski. Les faits exposés ci-dessous sont véridiques et exacts ; ils ne constituent pas une forme de désinformation nationale ou étrangère. Toute suggestion contraire est fausse et offensante. Je suis le destinataire du courrier électronique publié il y a sept jours par le New York Post qui a montré une copie à Hunter Biden et Rob Walker. Ce courrier électronique est authentique. »

Selon M. Bobulinski, l’utilisation du terme « le Grand patron » (the Big Guy) dans l’un de ces courriels était une référence directe à Joe Biden lui-même.

Dans ce courriel, publié à l’origine par le New York Post et ensuite par plusieurs autres médias, il était question « d’ententes de rémunération » pour six personnes impliquées dans un accord commercial avec la CEFC China Energy Co. Fox News a décrit le courriel dans un rapport citant une source anonyme confirmant que le « Big Guy » était Joe Biden:

Le courriel contient une note indiquant que « Hunter a des attentes de bureau qu’il va développer ». Un projet de division du capital fait référence à « 20 » pour « H » et à « 10 détenu par H pour le grand type », sans plus de détails.

La déclaration de Bobulinski serait la première confirmation enregistrée de ce fait par une source de l’univers de Biden. Bobulinski a déclaré

Ce que j’expose est un fait. Je sais que c’est un fait parce que je l’ai vécu. Je suis le PDG de Sinohawk Holdings, qui était un partenariat entre les Chinois opérant par l’intermédiaire du CEFC/président Ye et la famille Biden. C’est James Gilliar et Hunter Biden qui m’ont fait entrer dans la société pour en devenir le PDG. La référence au « Grand patron » dans le courriel du 13 mai 2017, qui a fait l’objet d’une grande publicité, est en fait une référence à Joe Biden. L’autre « JB » mentionné dans ce courrier électronique est Jim Biden, le frère de Joe.

Les captures d’écran publiées par le New York Post indiquent que Bobulinski était l’un des destinataires du courriel en question. Le courrier électronique a été rédigé par James Gilliar de la société de conseil J2cR. Maintenant que Bobulinski confirme publiquement l’authenticité de ce courriel, dont il était, une fois encore, le destinataire, cela fait avancer l’histoire de manière significative, et la campagne présidentielle de Joe Biden ne nie pas leur authenticité.

Ce courriel est l’un des nombreux que le New York Post a publiés à partir de l’ordinateur portable de Hunter Biden. Parmi les autres, on trouve des courriels dans lesquels Hunter Biden décrit une rencontre entre des cadres de la société ukrainienne de gaz naturel Burisma et son père, à l’époque où il était vice-président.

Ces courriels ont ébranlé la campagne présidentielle dans les dernières semaines de la course, et Biden les a qualifiés de campagne de « diffamation » contre lui.

Twitter et Facebook, lorsque le New York Post a publié ces courriels pour la première fois, ont censuré leur contenu. Twitter, qui suivait à l’origine les liens censurés de Facebook vers les articles originaux du Post, a été qualifié de « dangereux », mais a ensuite fait marche arrière après les réactions négatives. Le New York Post a été exclu de son propre compte Twitter pendant plusieurs jours depuis que l’article a été publié.

Facebook, quant à lui, a déclaré qu’il retenait de manière préventive le trafic vers les articles jusqu’à ce que ses vérificateurs de faits pèsent dans une rare mesure :

Bien que je ne fasse pas intentionnellement de lien avec le New York Post, je veux être clair sur le fait que cette histoire peut être vérifiée par les partenaires tiers de Facebook. En attendant, nous réduisons sa diffusion sur notre plateforme.

La censure des médias sociaux a eu des résultats mitigés: Les actions de Twitter, selon une étude du MIT, ont en fait suscité plus d’intérêt pour l’histoire. Mais les actions de Facebook, selon les données de Newswhip, ont sérieusement limité la portée de l’histoire à de nombreux utilisateurs.

Malgré cela, personne de la campagne de Biden n’a contesté leur authenticité, même si certains démocrates, comme le président de la commission parlementaire permanente sur le renseignement, le député Adam Schiff (D-CA), ont affirmé qu’ils représentaient l’ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine. Le FBI, le ministère de la Justice et la communauté du renseignement ont toutefois réfuté ces affirmations, le directeur du renseignement national (DNI) John Ratcliffe déclarant sans équivoque qu’elles ne constituent pas une ingérence russe.

Ratcliffe, lors d’une apparition sur Mornings with Maria sur le réseau Fox Business Network lundi, a clairement indiqué que les courriels ne sont pas de la désinformation russe :

Il est amusant de constater que certaines des personnes qui se plaignent le plus de la politisation du renseignement sont celles qui politisent le renseignement. Et, malheureusement, dans ce cas, c’est Adam Schiff, le président de la commission parlementaire du renseignement, qui, comme vous l’avez souligné, a déclaré vendredi que la communauté du renseignement pense que l’ordinateur portable de Hunter Biden et les e-mails qu’il contient font partie d’une campagne de désinformation russe.

Permettez-moi d’être clair: la communauté du renseignement ne croit pas cela, parce qu’il n’y a aucun renseignement qui le confirme. Nous n’avons partagé aucun renseignement avec le président Adam Schiff ou tout autre membre du Congrès selon lequel l’ordinateur portable de Hunter Biden ferait partie d’une campagne de désinformation russe. Ce n’est tout simplement pas vrai.

Bobulinski, le PDG de Sinohawk Holdings et un initié de Biden, soutient l’affaire en prenant la parole. Dans sa déclaration, il insiste sur le fait que les courriels ne constituent « aucune forme de désinformation nationale ou étrangère » et qu’il vient d’une famille de militaires. Lui, son père et son grand-père ont tous servi dans la marine américaine. Il affirme également qu’il n’a pas « d’animosité politique » et que les seuls politiciens à qui il a fait des dons au fil des ans sont des démocrates. Bobulinski a déclaré:

« Je suis le petit-fils d’un officier de renseignement de l’armée de terre de 37 ans, le fils d’un officier de la marine de plus de 20 ans de carrière et le frère d’un officier de l’aéronavale de 28 ans de carrière. J’ai moi-même servi notre pays pendant 4 ans et j’ai quitté la marine sous le nom de LT Bobulinski. J’étais titulaire d’une habilitation de sécurité de haut niveau et j’ai été instructeur, puis directeur technique du Commandement de la formation à l’énergie nucléaire de la marine. Je suis très fier du temps que ma famille et moi avons passé au service de ce pays. Je ne suis pas non plus une personne politique. Les rares contributions que j’ai apportées aux campagnes électorales dans ma vie l’ont été à des démocrates. »

Bobulinski est le deuxième associé de longue date de Hunter Biden à se retourner publiquement contre la famille Biden ces derniers jours. Il se joint à Bevan Cooney, qui a remis à Peter Schweizer, collaborateur principal de Breitbart News, et au journaliste Matthew Tyrmand un total de 26 000 courriels, pour se retourner contre les Biden.

Cooney purge actuellement une peine dans une prison fédérale de l’Oregon pour avoir été condamné pour des transactions que lui et d’autres partenaires commerciaux de Hunter Biden ont faites en rapport avec des investissements des tribus amérindiennes. Comme l’a rapporté Breitbart News mardi soir, Cooney a été transféré de sa cellule en début de semaine, mais les responsables du Bureau des prisons ont refusé de commenter cette affaire, invoquant la sécurité des prisonniers.

Un troisième partenaire commercial de Hunter Biden, Devon Archer, a été condamné dans le cadre de ce projet d’investissement amérindien. Il avait auparavant vu un juge fédéral annuler sa condamnation, mais celle-ci a ensuite été rétablie en appel et Archer attend la sentence.

Bobulinski n’est pas lié à cette activité et est lié à la famille Biden parce qu’il dit avoir été amené à gérer Sinohawk Holdings – une société qui servait de « partenariat entre les Chinois opérant par le biais de la CEFC/président Ye et la famille Biden » – par Hunter Biden lui-même, ainsi que l’associé de la famille Biden, James Gilliar – à nouveau, l’auteur d’un des courriels en question publiés par le New York Post.

Tout ceci intervient dans le sillage de la commission de la sécurité intérieure du Sénat américain, présidée par le sénateur Ron Johnson (R-WI), qui a mené une enquête sur cette affaire. Bobulinski a déclaré dans sa déclaration de mercredi soir qu’il avait reçu une demande de la commission de Johnson de fournir des documents et des témoignages dans le cadre de leur enquête sur l’affaire. Il a déclaré qu’il coopérait à cette enquête.

Voici l’intégralité de la déclaration de M. Bobulinski :

« Je m’appelle Tony Bobulinski. Les faits exposés ci-dessous sont véridiques et exacts ; ils ne constituent pas une forme de désinformation nationale ou étrangère. Toute suggestion contraire est fausse et offensante. Je suis le destinataire du courrier électronique publié il y a sept jours par le New York Post qui a montré une copie à Hunter Biden et Rob Walker. Ce courrier électronique est authentique.

Cet après-midi, j’ai reçu une demande de la commission sénatoriale de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales et de la commission sénatoriale des finances me demandant tous les documents relatifs à mes affaires avec la famille Biden ainsi qu’avec diverses entités et personnes étrangères. Je dispose de nombreux documents et communications pertinents et j’ai l’intention de présenter ces éléments aux deux commissions dans un avenir immédiat.

Je suis le petit-fils d’un officier de renseignement de l’armée de terre de 37 ans, le fils d’un officier de la marine de plus de 20 ans de carrière et le frère d’un officier de l’aéronavale de 28 ans de carrière. J’ai moi-même servi notre pays pendant 4 ans et j’ai quitté la marine sous le nom de LT Bobulinski. J’étais titulaire d’une habilitation de sécurité de haut niveau et j’ai été instructeur, puis directeur technique du Commandement de la formation à l’énergie nucléaire de la marine. Je suis très fier du temps que ma famille et moi avons passé au service de ce pays. Je ne suis pas non plus une personne politique. Les rares contributions que j’ai apportées aux campagnes électorales dans ma vie l’ont été à des démocrates.

Si les médias et les grandes entreprises technologiques avaient fait leur travail au cours des dernières semaines, je ne serais pas pertinent dans cette histoire. Compte tenu de mes longs états de service et de mon dévouement à ce grand pays, je ne pouvais plus permettre que le nom de ma famille soit associé ou lié à la désinformation russe ou aux mensonges implicites et aux faux récits qui dominent les médias en ce moment.

Après avoir quitté l’armée, je suis devenu un investisseur institutionnel qui investit beaucoup dans le monde entier et sur tous les continents. J’ai voyagé dans plus de 50 pays. Je crois, sans conteste, que nous vivons dans le plus grand pays du monde.

Ce que je vous présente est un fait. Je sais que c’est un fait parce que je l’ai vécu. Je suis le PDG de Sinohawk Holdings, un partenariat entre les Chinois, par l’intermédiaire du CEFC/président Ye, et la famille Biden. C’est James Gilliar et Hunter Biden qui m’ont fait entrer dans la société pour en devenir le PDG. La référence au « Big Guy » dans le courriel très médiatisé du 13 mai 2017 est en fait une référence à Joe Biden. L’autre « JB » mentionné dans ce courrier électronique est Jim Biden, le frère de Joe.

Hunter Biden appelait son père « le Grand » ou « mon président » et faisait souvent référence à lui en lui demandant de signer ou de donner son avis sur les différents accords potentiels dont nous discutions. J’ai vu le vice-président Biden dire qu’il n’avait jamais parlé à Hunter de son entreprise. J’ai vu de mes propres yeux que ce n’était pas vrai, parce que ce n’était pas seulement l’affaire de Hunter, ils ont dit qu’ils mettaient en jeu le nom de la famille Biden et son héritage.

J’ai réalisé que les Chinois n’étaient pas vraiment axés sur un retour sur investissement financier sain. Ils considéraient cela comme un investissement politique ou d’influence. Lorsque j’ai réalisé que Hunter voulait utiliser l’entreprise comme sa tirelire personnelle en retirant simplement de l’argent dès qu’il provenait des Chinois, j’ai pris des mesures pour éviter que cela ne se produise.

Le rapport Johnson a fait le lien entre certains points d’une manière qui m’a choqué – il m’a fait réaliser que les Biden avaient agi dans mon dos et avaient été payés des millions de dollars par les Chinois, même s’ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas fait et ne feraient pas cela à leurs partenaires.

Je demanderais à la famille Biden de s’adresser au peuple américain et de lui exposer les faits afin que je puisse revenir à une situation sans importance – et je ne suis donc pas en mesure de devoir répondre à ces questions à leur place.

Je n’ai pas d’animosité politique; j’ai juste vu derrière le rideau Biden et je me suis inquiété de ce que j’ai vu. La famille Biden a exploité agressivement le nom de la famille Biden pour se faire des millions de dollars auprès d’entités étrangères, même si certaines venaient de la Chine contrôlée par le communisme.

Dieu bénisse l’Amérique !!!!

 

One Comment

  1. Bernard
    Bernard octobre 22, 2020

    Je ne vois pas comment Biden pourrait s’en sortir!
    mais pendant ce temps on ne parle plus de Hilary et Obama qui comme Biden d’ailleurs ne sont pas les tètes du haut de la pyramide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − onze =