Press "Enter" to skip to content

Q4906

no 4906
21-Oct-2020 2:35:45 PM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
EFRvhYTXUAAo08y.jpg

 

============
MON ANALYSE
============

Q reposte son message 3381. À cette époque, j’avais écrit ceci:

Q poste un message concernant Joe Biden. Si vous suivez en profondeur la politique américaine, vous savez peut-être que Joe Biden a un frère et un fils qui font beaucoup d’argent. Q partage deux articles qui racontent que pendant que Biden était Vice-président, il a utilisé l’avion du vice-président (Air Force 2) pour se rendre en Iraq et quelques temps après, son frère obtenait un contrat (pour son entreprise) de près de 1.5 milliards US$. Et quand Biden est allé en Chine avec son fils, Hunter, ce même fils a obtenu un contrat du même montant pour un autre projet, financé par le gouvernement chinois.

On peut aussi se rappeler que quand la société ukrainienne de gaz Burisma Holdings a accepté Hunter Biden comme membre du conseil d’administration, alors qu’il n’avait aucune expérience professionnelle dans ce domaine, que Joe Biden a menacé le gouvernement ukrainien de ne pas leur donner les fonds promis (1 milliard US$) par les États-Unis si celui-ci ne mettait pas à la porte le procureur général qui enquêtait sur les allégations d’activités criminelles entourant Burisma et Hunter Biden. Vous pouvez vous-même entendre Joe Biden s’en vanter dans un forum public: https://youtu.be/KCF9My1vBP4?t=78. Les données bancaires américaines démontrent que la firme américaine de Hunter Biden, Rosemont Seneca Partners LLC, recevait de Burisma des transferts réguliers dans son compte, généralement de plus de 166’000 US$, entre le printemps 2014 et pendant l’automne 2015.

Tout ceci commence à sortir au grand jour alors que Joe Biden est candidat démocrate à la nomination présidentielle pour 2020. Joe Biden est aussi corrompu qu’Obama et plein d’autres politiciens de Washington.

Premier article, qui date convenablement du 22 octobre 2012.

Le contrat de 1,5 milliard de dollars en Irak pour le petit frère de Biden expose Obama avant le débat

par Joel Gehrke, Journaliste des affaires étrangères | | 22 octobre 2012 12:00

Mitt Romney a critiqué le président Obama pour avoir donné des subventions pour l’énergie verte aux donateurs de la campagne, mais un nouveau rapport publié avant le débat de ce soir montre que le capitalisme de copinage de la Maison Blanche a un angle de politique étrangère.

HillStone International a remporté un contrat gouvernemental convoité en partie parce que la société a « le petit frère du vice-président comme partenaire », comme l’a expliqué David Richter, président de la société mère de HillStone, aux investisseurs lors d’une récente réunion rapportée par Fox Business aujourd’hui.

« Depuis novembre 2010, James Biden est le vice-président exécutif de la filiale de Hill International spécialisée dans le logement, malgré des antécédents professionnels peu documentés, voire inexistants, dans la construction résidentielle », explique Fox. « Et si les projections de la société sont exactes, Hill et Biden sont tous deux sur le point de toucher une énorme somme d’argent, bénéficiaires, selon certains analystes, des liens de James Biden avec l’administration Obama par l’intermédiaire de son frère aîné ».

Dans le rapport de la Fox, un ancien cadre de Hill qui a travaillé à l’obtention du projet a dit ceci à propos de HillStone: « Vous devez réaliser que ces gars sont des hommes d’affaires acharnés et qu’ils ont les bonnes connexions. »

Romney a déjà prouvé qu’il était prêt à s’en prendre à Obama pour le capitalisme de copinage, comme il l’a fait lors du premier débat. « L’endroit où vous mettez votre argent indique assez clairement où se trouve votre cœur », a déclaré M. Romney. « Quatre-vingt-dix milliards de dollars. Et ces entreprises, beaucoup d’entre elles ont fait faillite. Je pense qu’environ la moitié d’entre elles – de celles dans lesquelles on a investi – ont fait faillite. Un certain nombre d’entre elles appartiennent à des personnes qui ont contribué à vos campagnes ». Le contrat de logement en Irak devrait générer 1,5 milliard de dollars pour HillStone de James Biden, selon la Fox, de sorte que le rapport pourrait ouvrir la voie à un moment délicat pour le président dans le débat de ce soir sur la politique étrangère.

Et puis le 11 mai 2019, Peter Schweizer publiait ceci dans le New York Post:

La raison troublante pour laquelle Biden est si doux envers la Chine

Pourquoi Joe Biden est-il si chaleureux envers la Chine ?

La semaine dernière, Joe Biden a froncé les sourcils lorsqu’il a ignoré les inquiétudes concernant la menace chinoise. « Allez, mec », a dit Biden. « Ce ne sont pas de mauvaises personnes, vous savez. Mais devinez quoi, ils ne sont pas en compétition avec nous. »

Peut-être que l’attitude insouciante de Biden envers le gouvernement chinois est liée au fait que sa famille ne les considère pas comme des concurrents mais comme des partenaires commerciaux.

En 2013, Joe Biden, alors vice-président, et son fils Hunter Biden se sont rendus en Chine à bord d’Air Force Two. Moins de deux semaines plus tard, la société de Hunter Biden a conclu un accord de capital-investissement d’un milliard de dollars avec une filiale de la Banque de Chine du gouvernement chinois. L’opération a ensuite été étendue à 1,5 milliard de dollars. En bref, le gouvernement chinois a financé une entreprise qu’il possédait en copropriété avec le fils d’un vice-président en exercice.

Si cela semble choquant qu’un vice-président puisse façonner la politique sino-américaine alors que son fils – qui n’a que peu d’expérience dans le domaine du capital-investissement – a conclu un accord convoité de plusieurs milliards de dollars avec une branche du gouvernement chinois, c’est parce que c’est le cas.

Jusqu’à la publication de mon livre « Empires secrets », personne ne savait que l’accord avait été conclu. En fait, il m’a fallu près de deux ans, à moi et à une équipe d’enquêteurs chevronnés, pour découvrir et rapporter les faits.

Sans l’aide du pouvoir d’assignation, voici ce que nous savons. Les entreprises de Hunter Biden et de ses partenaires ont créé une série de LLC impliquées dans des opérations de capital-investissement de plusieurs milliards de dollars avec des sociétés appartenant au gouvernement chinois.

La pièce maîtresse de ces transactions est Rosemont Seneca Partners, une société d’investissement contrôlée par Hunter Biden et ses associés: Chris Heinz, qui est le beau-fils de John Kerry, et Devon Archer, associé de longue date de Heinz. Le trio a fondé Rosemont Seneca en 2009 et a rapidement commencé à conclure des accords par le biais d’une série d’entités qui se chevauchent sous le nom de Rosemont.

Moins d’un an après avoir ouvert les portes de Rosemont Seneca, Hunter Biden et Archer étaient en Chine pour rencontrer de hauts responsables chinois. Pour les aider dans leur nouvelle entreprise, ils se sont associés à un cabinet de conseil du Massachusetts, le Thornton Group, dirigé par James Bulger, fils de l’ancien sénateur de l’État du Massachusetts, Billy Bulger. James Bulger a l’honneur douteux d’être nommé d’après son oncle, le célèbre tueur à gages de la mafia James « Whitey » Bulger.

Le récit de la rencontre par le Thornton Group sur leur site Internet en langue chinoise est éloquent: Les dirigeants chinois ont « réservé un accueil chaleureux » au « Thornton Group, avec son partenaire américain Rosemont Seneca; le président Hunter Biden (deuxième fils de l’actuel vice-président Joe Biden) ».

L’objectif de ces réunions était d' »explorer la possibilité d’une coopération et d’une opportunité commerciales ». Curieusement, les détails de la réunion n’ont pas été publiés sur leur site web en anglais.

Le moment choisi pour cette réunion était également remarquable. Elle a eu lieu quelques heures avant que le père de Hunter Biden, le vice-président, ne rencontre le président chinois Hu Jintao à Washington dans le cadre du sommet sur la sécurité nucléaire.

Douze jours après que Hunter ait quitté Air Force Two à Pékin, sa société a signé un accord historique avec la Banque de Chine, le mastodonte financier de l’État souvent utilisé comme un outil du gouvernement chinois. La Banque de Chine avait créé un fonds d’investissement, le premier du genre, appelé Bohai Harvest RST (BHR). Selon BHR, l’un de ses partenaires fondateurs n’était autre que Rosemont Seneca Partners LLC.

Il s’agissait d’un arrangement sans précédent : le gouvernement de l’un des concurrents les plus féroces des États-Unis se mettait en affaires avec le fils de l’un des plus puissants décideurs américains.

Chris Heinz affirme que ni lui ni Rosemont Seneca Partners, la société dont il était copropriétaire, n’ont joué un rôle dans l’accord avec Bohai Harvest. Néanmoins, Biden, Archer et le nom de Rosemont se sont de plus en plus impliqués en Chine. Archer est devenu vice-président de Bohai Harvest, aidant à superviser certains des investissements du fonds.

Malheureusement, certains de ces investissements ont eu des implications majeures pour la sécurité nationale.

En décembre 2014, BHR est devenu un « investisseur principal » dans l’introduction en bourse de China General Nuclear Power Corp. (CGN), une entreprise énergétique publique qui participe à la construction de réacteurs nucléaires. En avril 2016, le ministère américain de la justice allait accuser la CGN d’avoir volé des secrets nucléaires aux États-Unis – des actions qui, selon les procureurs, pourraient causer « des dommages importants à notre sécurité nationale ».

La CGN s’intéressait particulièrement aux composants sensibles de fabrication américaine qui, selon les experts, ressemblaient aux composants utilisés par les États-Unis dans leurs sous-marins nucléaires.

Le fait que Hunter Biden n’avait aucune expérience en Chine, et peu dans le domaine du capital-investissement, n’a pas dissuadé le gouvernement chinois de donner à sa société une opportunité commerciale à la place de marques financières mondiales établies comme Morgan Stanley ou Goldman Sachs. En fait, le gouvernement chinois n’avait pas fini de financer des accords avec Hunter Biden.

Toujours en décembre 2014, un conglomérat soutenu par l’État chinois, Gemini Investments Limited, négociait et concluait des accords avec Rosemont de Hunter Biden sur plusieurs fronts. Ce mois-là, il a effectué un investissement de 34 millions de dollars dans un fonds géré par Rosemont.

En août suivant, Rosemont Realty, une autre société sœur de Rosemont Seneca, a annoncé que Gemini Investments achetait une participation de 75 % dans la société. Les termes de l’accord comprenaient un engagement de 3 milliards de dollars de la part des Chinois, qui étaient impatients d’acheter de nouvelles propriétés américaines. Peu après la vente, Rosemont Realty a été rebaptisée Gemini Rosemont.

Les dirigeants chinois ont salué l’accord.

« Rosemont, avec sa plate-forme immobilière complète et son historique de performances supérieures, était précisément l’opportunité d’investissement que Gemini Investments recherchait pour investir dans le marché immobilier américain », a déclaré Li Ming, président de Sino-Ocean Land Holdings Limited et de Gemini Investments. « Nous nous réjouissons d’un partenariat solide et fructueux ».

Le plan était d’utiliser l’argent chinois pour acquérir plus de propriétés aux États-Unis. « Nous voyons de grandes possibilités de continuer à acquérir des biens immobiliers de haute qualité sur le marché américain », a déclaré un dirigeant de la société. « Les possibilités de cette entreprise sont énormes. »

Enfin, en 2015, BHR s’est associé à une filiale de l’entreprise publique chinoise Aviation Industry Corporation of China (AVIC), entrepreneur en aviation militaire, pour acheter le fabricant américain de pièces de précision Henniges. Comme Henniges fabriquait des technologies pouvant avoir des applications militaires, la transaction devait être approuvée par le Comité des investissements étrangers aux États-Unis. L’examen du CFIUS est requis pour les transactions commerciales qui ont des implications potentielles sur la sécurité nationale.

Le modèle de la Biden-Bank of China est saisissant par sa bravoure et son ampleur. De plus, il s’avère que les transactions de la Biden n’ont pas seulement eu lieu en Chine, mais aussi en Ukraine.

Examinez les faits. Le 16 avril 2014, les archives de la Maison Blanche montrent que Devon Archer, le partenaire commercial de Hunter Biden dans les accords Rosemont Seneca, s’est rendu en visite privée à la Maison Blanche pour rencontrer le vice-président Biden. Cinq jours plus tard, le 21 avril, Joe Biden a atterri à Kiev pour une série de réunions de haut niveau avec des responsables ukrainiens. Le vice-président apportait avec lui les termes très bien accueillis d’un programme de l’Agence américaine pour le développement international visant à aider l’industrie ukrainienne du gaz naturel et des promesses d’une aide financière et de prêts américains supplémentaires. Bientôt, les États-Unis et le Fonds monétaire international injecteront plus d’un milliard de dollars dans l’économie ukrainienne.

Le lendemain, il a été annoncé publiquement qu’Archer avait été invité à rejoindre le conseil d’administration de Burisma, une entreprise ukrainienne de gaz naturel. Trois semaines plus tard, le 13 mai, il a été annoncé que Hunter Biden rejoindrait également le conseil d’administration. Ni Biden ni Archer n’avaient de formation ou d’expérience dans le secteur de l’énergie.

Le jeune Biden, pour sa part, a essayé de donner le meilleur visage possible à l’accord. Il a affirmé qu’en rejoignant le conseil d’administration du producteur de gaz naturel, il « contribuerait à l’économie et profiterait au peuple ukrainien ».

Le choix de Hunter Biden pour s’occuper de la transparence et de la gouvernance d’entreprise en Burisma est curieux, car Biden n’avait que peu ou pas d’expérience du droit ukrainien, ni de conseiller juridique professionnel, point final. Mais cela n’a pas empêché la Burisma de payer au jeune Biden ce que le New York Times a rapporté être jusqu’à 50 000 dollars par mois pendant que la société faisait l’objet d’une enquête par des fonctionnaires en Ukraine et à l’étranger.

Le voyage de Joe Biden à Kiev en mars 2016, et ses menaces de retenir un milliard de dollars d’aide étrangère si les responsables ukrainiens ne limogeaient pas le principal procureur du pays, Victor Shokin, prennent une signification supplémentaire si l’on considère que le bureau de Shokin avait mené une enquête sur le propriétaire de la Burisma.

Selon un récent rapport du New York Times, Biden a aidé à recruter une société de conseil américaine ainsi que l’ancien procureur général adjoint John Buretta pour aider Burisma à lutter contre les accusations de corruption. Dans une interview accordée au Kyiv Post, Buretta a décrit ses négociations avec Yuriy Lutsenko. Lutsenko est devenu le procureur général de l’Ukraine après que Joe Biden ait fait pression pour que son prédécesseur soit démis de ses fonctions. Apparemment, les négociations ont fonctionné puisque l’affaire a été rejetée à l’automne 2016.

Joe Biden s’est ensuite vanté de ses efforts pour obtenir le renvoi de Shokin, bien qu’il prétende que l’éloignement de Shokin était nécessaire en raison de sa mauvaise gestion d’un certain nombre d’affaires en Ukraine. Hunter Biden insiste sur le fait qu’il n’a jamais parlé à son père de l’enquête sur la Burisma.

Le Sénat va-t-il enquêter sur les actions de Joe et Hunter Biden en Chine et en Ukraine? Nous ne savons pas, mais ils devraient le faire. Si une enquête de deux ans sur le président Trump, la Russie et la famille Trump était justifiée pour s’assurer que le président n’est pas compromis, une enquête sur Joe Biden, la Chine, l’Ukraine et la famille Biden est impérative.

Peter Schweizer est l’auteur de « Secret Empires » : Comment la classe politique américaine cache la corruption et enrichit la famille et les amis » (Harper). Son dernier projet en date est The Drill Down, un projet de vidéo d’investigation visant à dénoncer le copinage et la corruption.

Voyez cet article du NY Post en vidéo (Riding the Dragon) en anglais, ici.

One Comment

  1. mell
    mell octobre 22, 2020

    tu est tellement important avec ces traduction merci a toi et ton equipe pour ce travail colossal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + quatre =