Press "Enter" to skip to content

Q4894

no 4894
18-Oct-2020 12:13:02 PM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
twitter.com/AlexandraChalup/status/1317664854476525571
La panique?
Qui est Alexandra Chalupa?
nypost.com/2019/11/13/who-is-alexandra-chalupa-the-dnc-operative-republicans-say-dug-for-dirt-on-trump/
Q

============
MON ANALYSE
============

D’abords, Steve Bannon a tweeté ceci: « #SteveBannon avertit #JoeBiden : beaucoup plus de preuves à venir. Vous allez être enseveli sous une avalanche de corruption et de la façon dont vous avez vendu les États-Unis. #La famille JoeBiden a volé de l’argent au peuple chinois pour s’enrichir. #WarRoomPandémie #HunterBiden » »

Alexandra Chalupa réponds à Steve Bannon: « Steve Bannon est un terroriste plus dangereux pour les États-Unis qu’Oussama Ben Laden ne l’a jamais été. Il a sa place dans une prison de haute sécurité à vie. Tout journaliste ou organe d’information qui le traite autrement que comme une menace de code rouge aide et encourage l’ennemi. Tout le monde est prévenu. »

Ce qu’il faut savoir c’est que Chalupa est coupable d’avoir participée au scandale Spygate, l’espionnage de la campagne Trump. Elle a tout à gagner de faire tomber Trump, et elle risque de payer un fort prix pour ses crimes. Ironiquement, elle est co-présidente du Conseil ethnique du DNC.

Ah, et comme tous les démocrates, elle blâme les russes pour ses problèmes…

 

L’article dy NY Post:

Qui est Alexandra Chalupa? Cette employée du DNC que les républicains décrivent comme étant celle qui a creusé pour trouver de la saleté sur Trump.

Une nouvelle équipe de personnages a émergé lors des audiences de mise en accusation de mercredi – dont Alexandra Chalupa, une ancienne contractuelle et employée du Comité national démocrate qui a creusé pour trouver de la saleté sur la campagne Trump avec l’aide de fonctionnaires ukrainiens.

Chalupa, une Ukrainienne américaine qui se dit « lobbyiste des droits de l’homme », a fait une apparition dans les minutes qui ont suivi la déclaration d’ouverture du représentant Devin Nunes (R-Calif.), membre de la commission des renseignements de la Chambre des représentants, dans laquelle il s’est élevé contre la procédure secrète de destitution des démocrates.

« Violant leurs propres directives, les démocrates ont à plusieurs reprises retiré des transcriptions le nom d’Alexandra Chalupa, une contractuelle du Comité national démocrate qui a travaillé avec des fonctionnaires ukrainiens pour recueillir des informations sur la campagne Trump qu’elle a fournie au DNC et sur la campagne d’Hillary Clinton », a déclaré M. Nunes.

Chalupa est la fondatrice d’une société de conseil politique à Washington et est co-présidente du Conseil ethnique du DNC, qui tend la main aux groupes de la diaspora dans tout le pays pour augmenter la participation électorale, selon son LinkedIn.

Mais son rôle le plus important à ce jour semble être son enquête sur Paul Manafort, l’ancien directeur de campagne du président Trump, et ses liens avec la Russie – qu’elle a menée avec l’aide de responsables ukrainiens.

L’enquête a provoqué une tempête de feu en 2017 et des républicains éminents comme le sénateur Chuck Grassley ont publiquement accusé Chalupa de travailler avec l’Ukraine, le DNC et la campagne de Clinton pour saper la candidature de Trump.

Chalupa a nié ces accusations, disant à CNN qu’elle était « consultante à temps partiel » pendant les élections américaines de 2016 et que les responsables du DNC ne lui ont jamais demandé de « se rendre à l’ambassade ukrainienne pour recueillir des informations ».

« Je n’étais pas une chercheuse d’opposition pour le DNC, et le DNC ne m’a jamais demandé d’aller à l’ambassade ukrainienne pour collecter des informations », a-t-elle déclaré en juillet 2017.

L’employée démocrate a déclaré que c’était son héritage ukraino-américain qui l’avait sensibilisée au travail de consultant de Manafort pour Victor Ianoukovitch – un ancien président ukrainien ayant des liens avec Moscou.

« Lorsqu’il a été annoncé que la campagne Trump avait engagé Manafort, de nombreux Américains d’origine ukrainienne ont été alarmés et ont craint que ce soit un signe avant-coureur que Vladimir Poutine essayait d’influencer les élections américaines », a déclaré Mme Chalupa.

« A cette époque, j’ai signalé au DNC l’importance de son embauche en me basant sur des informations du domaine public », a-t-elle ajouté.

Bien qu’elle ait admis avoir eu un « couple » de réunions avec des fonctionnaires ukrainiens, elles n’avaient rien à voir avec Manafort, Trump ou Clinton.

Pourtant, une enquête de Politico publiée en novembre 2017 a détaillé comment les responsables du gouvernement ukrainien ont essayé « d’aider Hillary Clinton et de saper Trump », et a désigné Chalupa comme un agent démocrate qui a rencontré des responsables ukrainiens pour essayer de révéler les liens entre Trump et la Russie.

Le mois dernier, les républicains ont nommé Chalupa comme l’un des témoins qu’ils voulaient faire témoigner lors des audiences de destitution de ce mois-ci, et mardi, elle a déclaré à Politico qu’elle était en « mission pour témoigner ».

Mais elle n’a pas été appelée à témoigner, et s’est plutôt rendue sur Twitter mercredi matin pour se défendre et affirmer qu’elle était victime d’un complot de désinformation de la part des Russes.

« Depuis quatre ans, j’ai été la cible de la guerre cybernétique et de la désinformation du Kremlin, menée notamment par les principaux porte-parole du GRU et de Poutine », a déclaré Mme Chalupa à ses 48 000 partisans.

« Au Congrès, vous avez augmenté les attaques de désinformation de Moscou contre moi, un Américain. Veuillez expliquer pourquoi », a-t-elle écrit.

One Comment

  1. Maxime B.
    Maxime B. octobre 18, 2020

    Bonjour Dan et merci pour ton travail.

    En relisant les drop de Q de 1 à …, j’ai découvert que dans le drop 1010 il est quasi explicitement expliqué qu’il y aura un évènement d’extinction de masse visant à réduire le niveau de menace de la population (MASS EXT EVENTS DESIGNED TO DECREASE THREAT LEVEL OF POPULATION.), suivi de (ULTIMATE WIN [DEATH + MONEY].) nous démontrant le bénéfice à la fois de réduction de population et de gain d’argent qu’ils en tireraient (je parle de la pandémie).

    Je voulais juste te le dire. Ça vaut le coup de retourner voir puisque future proves past.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 5 =