Press "Enter" to skip to content

Q4869-4870-4871

Je combine ces trois posts sur le même sujet.

no 4869
15-Oct-2020 12:05:20 PM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
nypost.com/2020/10/15/emails-reveal-how-hunter-biden-tried-to-cash-in-big-with-chinese-firm/
Q

no 4870
15-Oct-2020 12:10:01 PM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
foxnews.com/politics/hunter-biden-gop-report-claims-prostitution
Cela vaut la peine de s’en souvenir.
Femmes mineures (jeunes filles) exploitées sexuellement _ [contexte pour l’avenir].
Q

no 4871
15-Oct-2020 12:15:30 PM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
La SÉCURITÉ NATIONALE s’inquiète du chantage [prise de contrôle] sur J. Biden par la Russie, la Chine et/ou d’autres entités étrangères [ou nationales]?
Réseau de renseignements américains? [Rapports?]
Danger clair et immédiat?
Q

============
MON ANALYSE
============

Ces messages de Q concernent les différents vecteurs d’attaques que diverses entitées (locales, nationales, gouvernementales alliées et étrangères) pourraient avoir sur Joe Biden s’il était élu président. Ces entités ont un intérêt significatif à avoir un président contrôlable. Ils ont tout à gagner d’aider, à leur façon, pour que Biden soit élu. C’est donc une menace immédiate et bien réelle. Ça c’est si Biden se rend à l’élection.

Théorie: et si toutes les attaques et révélations rendues publiques depuis quelques temps étaient exactement ce qu’il faut pour faire débarquer Biden de la course? Q nous a dit que Biden n’était probablement pas le choix final. Et si c’était de cette façon qu’il soit remplacé?

Au cas où vous ne le saviez pas, si Biden se retire de la présidentielle, ce sont les membres du parti démocrate qui vont choisir le remplaçant. Et ça ne garanti pas Kamala Harris au poste de présidente. Les membres du parti peuvent voter sur plusieurs propositions, que ces gens soient ou aient déjà occupé un poste politique (Hillary Clinton par exemple), ou non (Michelle Obama par exemple).

Donc concernant le sujet du chantage, Q partage deux articles dans deux messages. On a déjà couvert le second, celui du post 4870 dans le passé. À ces fins, je vous conseille fortement de retourner lire les posts #4742, #4748 et ce post que j’ai fait à ce sujet.

L’article de 4869:

Des courriels révèlent comment Hunter Biden a essayé d’encaisser gros au nom de sa famille avec une firme chinoise.

Hunter Biden email image

Hunter Biden a poursuivi des accords lucratifs impliquant la plus grande entreprise privée d’énergie de Chine – y compris un accord qui, selon lui, serait « intéressant pour moi et ma famille », comme le montrent des courriels obtenus par The Post.

Un courriel envoyé à Hunter Biden le 13 mai 2017, avec pour objet « Attentes », comprenait des détails sur les « paquets de rémunération » de six personnes impliquées dans une entreprise commerciale non spécifiée.

Biden était identifié comme « Président / Vice-président en fonction de l’accord avec la CEFC », une référence apparente à l’ancien conglomérat de Shanghai CEFC China Energy Co.

Son salaire a été fixé à « 850 » et le courriel a également noté que « Hunter a des attentes de bureau qu’il va développer ».

En outre, le courriel décrivait un « accord provisoire » selon lequel 80 % du « capital », ou des actions de la nouvelle société, seraient répartis à parts égales entre quatre personnes dont les initiales correspondent à l’expéditeur et trois destinataires, le « H » faisant apparemment référence à [Hunter] Biden.

L’accord mentionnait également « 10 Jim » et « 10 détenus par H pour le patron (big guy)? »

Ni Jim ni le « patron » n’ont été identifiés.

L’auteur du courriel, James Gilliar, de la société internationale de conseil J2cR, a également noté: « Je suis heureux de soulever tout détail avec Zang s’il y a des lacunes… »

« Zang » est une référence apparente à Zang Jian Jun, l’ancien directeur exécutif du CEFC Chine.

Le courriel est contenu dans une mine de données qui, selon le propriétaire d’un atelier de réparation d’ordinateurs du Delaware, a été récupérée d’un ordinateur portable MacBook Pro déposé en avril 2019 et jamais récupéré.

L’ordinateur a été saisi par le FBI, et une copie de son contenu faite par le propriétaire du magasin a été partagée avec The Post cette semaine par l’ancien maire Rudy Giuliani.

Un autre courriel – envoyé par Biden dans le cadre d’une chaîne le 2 août 2017 – concernait un accord qu’il avait conclu avec le président du CEFC, Ye Jianming, disparu depuis, pour la copropriété d’une société en holding qui devait fournir à Biden plus de 10 millions de dollars par an.

Ye, qui avait des liens avec l’armée et les services de renseignement chinois, n’a pas été revu depuis sa mise en détention par les autorités chinoises début 2018, et la CEFC a fait faillite au début de cette année, selon les rapports.

Biden a écrit que Ye avait adouci les termes d’un précédent contrat de trois ans avec le CEFC qui devait lui verser 10 millions de dollars par an « pour les seules introductions ».

« Le président a changé cet accord après que nous ayons conclu à MIAMI POUR UN ARRANGEMENT BEAUCOUP PLUS DURABLE ET LUCRATIF pour créer une société en holding détenue à 50% par moi et à 50% par lui », a écrit Biden.

« Les honoraires de conseil sont une partie de nos revenus, mais la raison pour laquelle cette proposition du président était beaucoup plus intéressante pour moi et ma famille est que nous serions également partenaires dans les capitaux propres et les bénéfices des investissements de l’entreprise commune.

Une photo datée du 1er août 2017 montre un organigramme manuscrit de la propriété d' »Hudson West » divisée à 50/50 entre deux entités contrôlées en dernier ressort par Hunter Biden et une personne identifiée comme « président ».

Selon un rapport sur les relations commerciales de Biden à l’étranger publié le mois dernier par les sénateurs Ron Johnson (R-Wis.) et Chuck Grassley (R-Iowa), une société appelée Hudson West III a ouvert une ligne de crédit en septembre 2017.

Les cartes de crédit émises sur ce compte ont été utilisées par Hunter, son oncle James Biden et la femme de James, Sara Biden, pour acheter plus de 100 000 dollars « d’articles extravagants, y compris des billets d’avion et de nombreux articles dans les magasins d’Apple Inc, les pharmacies, les hôtels et des restaurants.

La société a depuis été dissoute, et le cabinet d’avocats de Hunter Biden, Owasco PC, était l’un des deux propriétaires, selon le rapport.

Le courriel de Biden a été envoyé à Gongwen Dong, que le Wall Street Journal a lié en octobre 2018 à l’achat par des sociétés liées à Ye de deux appartements de luxe à Manhattan qui ont coûté au total 83 millions de dollars.

Dong, qui possède un vaste manoir à Great Neck (Long Island), a été identifié dans des rapports comme étant le directeur financier du groupe Kam Fei, une société d’investissement basée à Hong Kong.

Dr. Chi Ping

Vue d’un panneau de la société China CEFC Energy Co.

Les documents obtenus par le NY Post comprennent également une « Attorney Engagement Letter » exécutée en septembre 2017 dans laquelle l’un des lieutenants de haut rang de Ye, l’ancien fonctionnaire du gouvernement de Hong Kong Chi Ping Patrick Ho, a accepté de verser à Biden une avance d’un million de dollars pour « des conseils sur des questions liées au droit américain et des conseils concernant l’embauche et l’analyse juridique de tout cabinet ou avocat américain ».

En décembre 2018, un jury fédéral de Manhattan a condamné Ho dans deux affaires pour avoir versé 3 millions de dollars en pots-de-vin à de hauts fonctionnaires africains pour des droits pétroliers au Tchad et des affaires lucratives en Ouganda.

Ho a purgé une peine de trois ans de prison et a été déporté à Hong Kong en juin.

Ni l’avocat de Biden, ni la campagne de Joe Biden, ni les avocats de Gilliar, Dong ou Ho n’ont renvoyé de demande de commentaires, mais l’avocat de Biden a déclaré précédemment: « Il n’y a pas lieu de commenter les prétendues informations fournies par Rudy Giuliani.

« Il a fait valoir des théories de conspiration largement discréditées sur la famille Biden, en s’appuyant ouvertement sur des acteurs liés aux services de renseignement russes. Son bilan de malhonnêteté dans ces affaires parle de lui-même », a ajouté l’avocat George Mesires.

Reportage complémentaire de Reuven Fenton.

 

Voici un article de Fox News du 23 septembre sur un rapport (*discuté dans le post 4870 et traduit après celui-ci) de deux commissions républicaines d’enquêtes.

Les commissions du GOP publient un rapport provisoire sur Hunter Biden et l’enquête sur Burisma.

Selon le rapport, l’administration Obama a « ignoré les signes avant-coureurs » lorsque le fils de M. Biden a rejoint le conseil d’administration de la société

Les commissions sénatoriales de la sécurité intérieure et des finances ont publié mercredi un rapport provisoire sur leur enquête conjointe d’un mois sur le rôle de Hunter Biden au sein du conseil d’administration de la société ukrainienne de gaz naturel Burisma Holdings et sur ses prétendues « transactions financières importantes et complexes ».

Le président de la commission de la sécurité intérieure, Ron Johnson, R-Wis., et le président de la commission des finances, Chuck Grassley, R-Iowa, ont déclaré que leur enquête s’était heurtée à « de nombreux obstacles » de la part des Démocrates au sein de leurs commissions et que les agences exécutives « n’avaient pas respecté les demandes de documents ».

Les présidents ont ajouté « qu’il reste beaucoup de travail à faire » dans leur enquête. Hunter Biden est le fils du candidat démocrate à la présidence Joe Biden. Son parcours professionnel a joué un rôle prépondérant dans les efforts de mise en accusation de Trump au début de l’année. Son père et lui ont nié tout acte répréhensible lié à son travail.

Le rapport de 87 pages indique que les responsables de l’administration Obama « savaient » que la position de Hunter Biden au sein du conseil d’administration de Burisma était « problématique » et qu’elle interfère « dans l’exécution efficace de la politique à l’égard de l’Ukraine ».

« Cette enquête a montré à quel point les responsables de l’administration Obama ont ignoré les signaux d’alerte flagrants lorsque le fils du vice-président a rejoint le conseil d’administration d’une société détenue par un oligarque ukrainien corrompu », peut-on lire dans le résumé du rapport.

Hunter Biden a rejoint Burisma en avril 2014 et, à l’époque, aurait mis la société en relation avec le cabinet de conseil Blue Star Strategies pour aider la compagnie de gaz naturel (Burisma Holdings) à lutter contre les accusations de corruption en Ukraine. Pendant que Biden était membre du conseil d’administration de la société, le vice-président Joe Biden dirigeait les relations et la politique entre les États-Unis et l’Ukraine pour le compte de l’administration Obama.

Le travail de Hunter Biden pour Burisma a fait l’objet d’un examen approfondi lors de la destitution du président Trump l’année dernière.

« Même si la position de Hunter Biden au sein du conseil d’administration de Burisma a jeté une ombre sur le travail de ceux qui font avancer les réformes anti-corruption en Ukraine, les commissions n’ont connaissance que de deux personnes qui ont fait part de leurs préoccupations à leurs supérieurs », indique le rapport du Sénat. « Malgré les efforts de ces personnes, leurs préoccupations semblent être tombées dans l’oreille d’un sourd ».

Le rapport indique que le fonctionnaire du Département d’Etat George Kent, qui a témoigné lors des audiences de destitution de Trump l’année dernière, et Amos Hochstein, l’ancien envoyé spécial américain et coordinateur des affaires énergétiques internationales, ont fait part de leurs préoccupations au bureau de l’ancien vice-président.

Le rapport indique également que Hunter Biden « a noué des relations financières importantes et constantes » avec le fondateur de Burisma, Mykola Zlochevsky, et que ses entreprises et celles de son partenaire commercial Devon Archer « ont gagné des millions de dollars grâce à cette association » alors que son père était vice-président.

Les commissions du Sénat ont également révélé dans le rapport qu’elles ont obtenu des dossiers du département du Trésor américain, qui « montrent des activités criminelles potentielles liées à des transactions entre Hunter Biden, sa famille et ses associés, et entre Hunter Biden et des ressortissants Ukrainiens, Russes, Kazakhs et Chinois ».

Les comités ont déclaré avoir reçu des documents indiquant que Hunter Biden « a envoyé des milliers de dollars » à des individus qui ont « soit été impliqués dans des transactions compatibles avec un possible trafic d’êtres humains, soit une association avec l’industrie du divertissement pour adultes, soit une association potentielle avec la prostitution ».

« Certains des bénéficiaires de ces fonds sont des citoyens Ukrainiens ou Russes », indique le rapport, ajoutant que « les dossiers indiquent qu’il est prouvé que Hunter Biden a envoyé des fonds à des femmes étrangères non résidentes aux Etats-Unis qui sont citoyennes de Russie et d’Ukraine et qui ont ensuite viré les fonds qu’elles ont reçus de Hunter Biden à des personnes situées en Russie et en Ukraine ».

Les documents indiquent également que certaines de ces transactions sont liées à ce qui « semble être un réseau de prostitution ou de traite des êtres humains d’Europe de l’Est », selon le rapport.

Entre-temps, le rapport indique que les enquêteurs du Sénat ont trouvé des millions de dollars dans des « transactions financières douteuses » entre Hunter Biden et ses associés et des individus étrangers, dont l’épouse de l’ancien maire de Moscou ainsi que des individus ayant des liens avec le Parti communiste chinois.

Selon le rapport, une société d’investissement co-fondée par Hunter Biden, Rosemont Seneca Thornton, « a reçu 3,5 millions de dollars par virement bancaire » d’Elena Baturina, l’épouse de l’ancien maire de la capitale russe.

Le rapport va plus loin et affirme que non seulement Hunter Biden mais aussi d’autres membres de la famille Biden « étaient impliqués dans un vaste réseau financier qui les reliait à des ressortissants étrangers et à des gouvernements étrangers dans le monde entier ».

Dans un cas, le rapport indique que Hunter Biden a « ouvert un compte bancaire » auprès d’un ressortissant chinois lié au gouvernement communiste chinois, qui a « financé une série de dépenses de 100 000 dollars » pour le frère de l’ancien vice-président, James Biden, et sa femme, Sara Biden.

Le rapport est publié alors que l’enquête elle-même a été examinée par les Démocrates et même par certains Républicains.

Le porte-parole de la campagne de Biden, Andrew Bates, a fustigé mercredi l’enquête, et Johnson directement, pour avoir poursuivi une « théorie de conspiration ».

Alors que le nombre de décès dus au coronavirus augmente et que les Wisconsiniens se débattent avec le chômage, Ron Johnson a perdu des mois à détourner la commission sénatoriale de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales de toute surveillance de la réponse fédérale à la pandémie, une menace que le sénateur Johnson a écartée en déclarant que « la mort est une partie inévitable de la vie ». Pourquoi? Pour subventionner une attaque étrangère contre la souveraineté de nos élections avec l’argent des contribuables – une attaque fondée sur une théorie de conspiration de la droite qui a fait ses preuves depuis longtemps et qui repose sur la corruption du sénateur Johnson lui-même et que le sénateur a maintenant explicitement déclaré qu’il essayait d’exploiter pour renflouer la campagne de réélection de Donald Trump », a déclaré Bates dans un communiqué mercredi.

Et la semaine dernière, le sénateur Mitt Romney, R-Utah, a dénoncé l’enquête de la commission de la sécurité intérieure sur le rôle du jeune Biden au sein du conseil d’administration de Burisma Holdings comme un « exercice politique ».

« Je sais que le comité a entrepris deux enquêtes majeures qui ont des implications politiques et l’une, bien sûr, est l’enquête sur Biden/Burisma », a déclaré M. Romney la semaine dernière. « Et cela, je pense, avait dès le départ les caractéristiques d’un exercice politique et je crains que les commentaires faits dans les médias récemment n’aient fait que confirmer cette perspective ».

Romney a poursuivi en disant que « c’est évidemment le domaine des campagnes et des partis politiques, de la recherche sur l’opposition, des médias, de mener des efforts politiques pour connaître ou dépoussiérer son adversaire ».

« Mais ce n’est pas le rôle légitime du gouvernement, pour le Congrès ou pour les dépenses des contribuables, d’être utilisé dans un effort pour nuire aux opposants politiques », a déclaré Romney.

Le rôle de Biden au sein du conseil d’administration de Burisma et ses relations d’affaires sont apparus lors de l’enquête sur la procédure de destitution de Trump en 2019.

Trump, lors de son désormais tristement célèbre appel téléphonique du 25 juillet 2019 avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a insisté pour que Kiev se penche sur le rôle de l’aîné Biden en faisant pression pour l’éviction d’un procureur Ukrainien qui avait enquêté sur le fondateur de Burisma.

Les alliés de Joe Biden soutiennent que son intervention à l’époque n’avait rien à voir avec son fils mais était plutôt liée à des problèmes de corruption. Selon les rapports, au moment de l’intervention de Joe Biden, l’enquête sur Burisma était en sommeil.

La campagne de pression de Trump contre l’Ukraine a donné lieu à une plainte de dénonciateur et, à son tour, à la procédure de destitution.

La demande du président est intervenue après le gel de millions de dollars d’aide militaire américaine à l’Ukraine, que les démocrates ont cité comme un arrangement de contrepartie.

Trump a été acquitté en février pour les deux articles de mise en accusation – abus de pouvoir et obstruction au Congrès.

Brooke Singman est reporter politique pour Fox News.

 

L’article de FOX du post #4870, datant du 25 septembre 2020:

Un rapport du GOP affirme que Hunter Biden a payé des femmes liées à un « réseau de prostitution ou de traite des êtres humains ».

Mais le rapport a également indiqué qu’il ne pouvait pas confirmer les allégations

Parmi le déluge de revendications explosives qui se cache dans le nouveau rapport du Sénat républicain sur les relations d’affaires de Hunter Biden, il y a l’allégation selon laquelle le fils du candidat démocrate à la présidence a l’habitude de payer des femmes russes ou d’Europe de l’Est en lien avec le trafic sexuel.

Bien que le rapport de 87 pages, publié mercredi, ne donne que peu de détails précis sur cette allégation, il met en évidence un certain nombre de transactions liées à la Russie et à l’Ukraine.

Hunter Biden a payé des femmes non-résidentes, ressortissantes de Russie ou d’autres pays d’Europe de l’Est, qui semblent être liées à un « réseau de prostitution ou de traite des êtres humains d’Europe de l’Est » », peut-on lire dans le rapport des commissions de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales et des finances.

Le rapport du GOP n’établit aucun lien entre Biden et le trafic, mais suggère qu’il a potentiellement payé des prostituées, probablement sans le savoir, qui pourraient être issues de ces réseaux.

« Il y a de nombreux rapports publics concernant l’implication présumée de Hunter Biden dans des services de prostitution », indique le rapport.

Mais le rapport a également indiqué qu’il ne pouvait pas confirmer les allégations. Dans une interview accordée à une émission de radio cette semaine, le président de la commission sénatoriale de la sécurité intérieure, Ron Johnson, a reconnu que « nous n’avons pas beaucoup d’informations à ce sujet ».

Le rapport a décrit plusieurs scénarios : « Les dossiers des commissions ne confirment ni ne réfutent directement ces rapports individuels. Cependant, ils confirment que Hunter Biden a envoyé des milliers de dollars à des individus qui ont soit fait l’un soit l’autre : 1) ont été impliqués dans des transactions compatibles avec un éventuel trafic d’êtres humains ; 2) ont été associés à l’industrie du divertissement pour adultes ; ou 3) ont été potentiellement associés à la prostitution. Certains des bénéficiaires de ces fonds sont des citoyens ukrainiens et russes ».

La campagne Biden n’a pas commenté cette allégation à la Fox News. Mais plus tôt dans la semaine, le porte-parole de la campagne Biden, Andrew Bates, a attaqué l’enquête sur l’histoire des affaires de Hunter Biden, affirmant que les républicains poursuivaient une « théorie de conspiration » avec l’enquête.

Hunter Biden a admis avoir eu des difficultés personnelles ces dernières années, notamment une dépendance et des problèmes dans son mariage.

Selon de nombreux experts spécialisés dans les enquêtes et l’arrêt du trafic sexuel à l’échelle mondiale, les réseaux qui émanent d’Europe de l’Est sont parmi les plus brutaux et barbares dans le traitement des victimes.

« Le trafic sexuel est un problème grave auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. Le crime organisé y est attiré parce qu’il est très rentable et, contrairement à d’autres sources de revenus comme les armes ou la drogue, une victime peut générer des revenus récurrents pour l’organisation au fil du temps », a déclaré Zack Smith, juriste à la Heritage Foundation, à Fox News. « S’il y a une suggestion de trafic sexuel potentiel, une enquête plus approfondie peut être justifiée. Si quelqu’un prend un parti pris pour une victime de trafic sexuel, il participe à la victimisation de cette personne et contribue probablement à financer d’autres victimisations et activités criminelles.

« Comme on peut s’y attendre, la violence, la drogue, le blanchiment d’argent et bien d’autres choses encore sont souvent associés à ceux qui se livrent au trafic sexuel organisé », a déclaré M. Smith.

Mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg, a-t-il ajouté.

Le lieutenant-colonel Rudolph Atallah, ancien conseiller du bureau du secrétaire à la défense des États-Unis et aujourd’hui PDG de White Mountain Research – qui se concentre sur la lutte contre les réseaux de trafiquants étrangers – a déclaré à Fox News qu’une grande partie des revenus du trafic sexuel dans le bloc de l’Est finit par financer les fermes de prélèvement d’organes et les groupes terroristes au Moyen-Orient.

Atallah a également souligné que la grande majorité des réseaux sont dirigés par de riches oligarques de la région qui « n’y réfléchissent même pas à deux fois » à toutes les implications au-delà des milliards réalisés par un tel « business parallèle » par an.

« Beaucoup de ces réseaux sont vraiment de méchants criminels, et ce qu’ils font est déchirant », a-t-il déclaré. « La plupart des victimes sont jeunes, pauvres, kidnappées ou réfugiées – elles peuvent être à la recherche d’un emploi dans d’autres pays, et ces réseaux les accueillent, leur retirent leur passeport, et il leur est alors presque impossible de sortir ».

Tony Schiena, président du groupe de sécurité et de renseignement MOSAIC et fondateur de HumanSlavery.com, qui s’efforce d’attirer l’attention sur ces entreprises internationales inhumaines, a convenu que de nombreux syndicats du crime organisé – ainsi que des organisations terroristes – se concentrent désormais également sur la traite des êtres humains comme source de revenus, et se tournent plus particulièrement vers les riches types occidentaux pour financer leurs activités illégales.

« La traite des êtres humains doit toujours faire l’objet d’une enquête plus approfondie », a-t-il déclaré. « Les syndicats sont puissants et bien financés, et la plupart du temps ils sont impitoyables ».

Le trafic d’êtres humains, qui est défini par la Commission européenne (CE) comme « l’achat et la vente de femmes, de filles, d’hommes et de garçons », est caractérisé comme ayant « des conséquences extrêmement néfastes pour les individus, la société et l’économie ».

Le rapport 2018 de la CE, qui s’appuie sur des données de 2014 à 2016, note que « l’exploitation sexuelle est la forme d’exploitation la plus courante, représentant plus de la moitié (56%) des victimes enregistrées de la traite des êtres humains.

« Les enfants représentaient 23 % des victimes enregistrées de la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle. La forme d’exploitation est similaire pour les citoyens de l’UE et les citoyens non européens. Pour les citoyens de l’UE, il s’agit de l’exploitation sexuelle (57 %), de l’exploitation par le travail (31 %) et d’autres formes d’exploitation (11 %) », poursuit le rapport. « Pour les citoyens non-UE, il s’agit de l’exploitation sexuelle (51%), du travail (32%) et d’autres formes d’exploitation (17%) ».

Environ trois quarts des personnes soupçonnées, poursuivies ou condamnées pour traite d’êtres humains sont des hommes. Les suspects sont 71 % d’hommes, les personnes poursuivies 75 % et les personnes condamnées 71 % d’hommes pour la période 2015-2016.

« La traite des êtres humains est une grave violation des droits de l’homme et un crime grave et organisé, avec un nombre de victimes nettement plus élevé que celui rendu visible par les méthodes de comptage officielles », a souligné la CE. « Mesurer la traite des êtres humains est un défi ».

Jeudi, Jim Jordan, membre de la commission judiciaire de la Chambre des représentants des États-Unis, a envoyé une lettre au directeur du FBI Christopher Wray, lui demandant si le bureau avait pris des mesures depuis la publication du rapport mercredi, et soulevant en particulier l’idée que Hunter Biden aurait « envoyé des milliers de dollars à des personnes impliquées dans la traite des êtres humains et la prostitution organisée » et s’interrogeant sur le fait que le FBI approfondisse la question.

« Le rapport des présidents Johnson et Grassley montre que le FBI est au courant de certaines allégations de mauvaise conduite depuis des années », a écrit Johnson.

Un porte-parole du FBI a confirmé à Fox News qu’ils avaient reçu la lettre mais a refusé tout autre commentaire.

Les activités personnelles et professionnelles de Hunter Biden ont fait l’objet d’une attention accrue au cours de l’année dernière, dans le cadre de l’enquête et du procès pour mise en accusation du président Trump, qui a été accusé de mauvaise conduite dans ses relations avec l’Ukraine et qui a laissé entendre qu’il avait fait pression sur Kiev pour qu’une enquête soit menée sur les intérêts commerciaux de la famille Biden et qu’il avait ensuite refusé l’aide militaire.

Hunter Biden, bien qu’il n’ait aucune expérience spécifique dans l’industrie du pétrole et du gaz, a rejoint le conseil d’administration de la société énergétique ukrainienne Burisma en avril 2014. À l’époque, son père, Joe Biden, alors vice-président, était à la tête des relations et de la politique entre les États-Unis et l’Ukraine pour l’administration Obama et avait pour mission d’éradiquer la corruption entre les secteurs privé et public.

Le rapport indique en outre que plusieurs responsables de l’administration Obama « savaient » dès 2015 que la position de Hunter Biden au sein du conseil d’administration de Burisma était « problématique » et qu’il s’interposait « dans l’exécution efficace de la politique à l’égard de l’Ukraine », mais que les efforts des responsables pour répondre aux inquiétudes sont tombés « dans l’oreille d’un sourd ».

Trump a finalement été acquitté des deux articles de mise en accusation – obstruction au Congrès et abus de pouvoir – en février.

De plus, la mise en accusation a également attiré l’attention nationale sur des aspects plus néfastes de la vie de Hunter Biden – allant d’une histoire de consommation de cocaïne, qui lui a valu d’être expulsé de la réserve navale en 2014 et a soulevé des questions sur la façon dont il a reçu une dérogation d’âge pour s’engager, à sa relation avec la veuve de son frère décédé, à une affaire avec une strip-teaseuse dans laquelle il a fini par être père d’un enfant et l’année dernière a été impliqué dans une bataille judiciaire concernant la pension alimentaire.

Pourtant, des transactions étrangères douteuses et potentiellement criminelles, sur ordre de Hunter Biden, continuent de prendre de l’ampleur, à quelques semaines seulement de la campagne présidentielle de 2020, très disputée, dont Joe Biden est le candidat démocrate.

Johnson, R-Wis., et le président de la commission des finances, Chuck Grassley, R-Iowa, ont déclaré qu' »il reste beaucoup de travail à faire » dans leur enquête, et il reste à voir si les conclusions préliminaires auront un impact négatif sur la dernière ligne droite de Joe Biden avant l’épreuve de force de novembre.

D’autres encore affirment que même à la lumière des soupçons de trafic, le rapport exonère essentiellement la famille Biden.

« Les enquêtes républicaines n’ont révélé aucun acte répréhensible de la part des Biden. Le rapport reprend des allégations non prouvées », a supposé Kelly Hyman, une avocate fédérale et stratège politique de haut niveau. « Il n’y a pas de preuve irréfutable. Il n’y a aucune preuve d’influence inappropriée ou d’acte répréhensible. »

Un représentant de Hunter Biden n’a pas répondu à d’autres demandes de commentaires, mais le père et le fils ont déjà nié tout acte répréhensible lié au travail de Hunter à l’étranger. Une source impliquée dans la campagne a souligné que le rapport n’a pas de sources ou de vérification légale, et que le rapport « bipartite » a été largement rejeté, même par des membres du Parti républicain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 1 =