Press "Enter" to skip to content

John Ratcliffe confirme que l’affaire « Hunter Biden » n’est pas de la désinformation russe.

Concernant la saga Hunter Biden, voici un article de Fox racontant que le Directeur du Renseignement National, John Ratcliffe, adresse les commentaires des démocrates et médias de masses complices qui disent que c’est encore la faute des russes…

Ratcliffe affirme que l’ordinateur portable de Hunter Biden et les courriels « ne font pas partie d’une campagne de désinformation russe ».

Il n’y a pas de renseignements qui soutiennent cela », déclare le directeur du renseignement national, M. Ratcliffe.

Le directeur du renseignement national John Ratcliffe a déclaré lundi que l’ordinateur portable de Hunter Biden « ne fait pas partie d’une campagne de désinformation russe », alors que le président de la commission du renseignement de la Chambre des Représentants Adam Schiff affirme le contraire.

Lors d’une interview exclusive sur FOX Business, « Mornings with Maria », Ratcliffe a été interrogé sur les allégations de Schiff, D-Calif, qui a déclaré ce week-end que les e-mails de Hunter Biden suggérant que le candidat démocrate à la présidence Joe Biden avait connaissance des affaires étrangères de son fils et y était prétendument impliqué.

« C’est drôle que certaines des personnes qui se plaignent le plus de la politisation du renseignement soient celles qui politisent le renseignement », a déclaré M. Ratcliffe. « Malheureusement, c’est Adam Schiff qui a dit que la communauté du renseignement pense que l’ordinateur portable Hunter Biden et les e-mails qu’il contient font partie d’une campagne de désinformation russe ».

Il a ajouté: « Laissez-moi être clair: la communauté du renseignement n’y croit pas parce qu’il n’y a pas de renseignement qui soutienne cela. Et nous n’avons partagé aucun renseignement avec Adam Schiff, ni avec aucun membre du Congrès ».

Ratcliffe a poursuivi en disant que ce n’est « tout simplement pas vrai ».

« L’ordinateur portable de Hunter Biden ne fait pas partie d’une campagne de désinformation russe », a déclaré Ratcliffe, ajoutant encore que « cela ne fait pas partie d’une campagne de désinformation russe ».

Les commentaires de Ratcliffe viennent après que Schiff, au cours du week-end, ait décrit les e-mails comme faisant partie d’une diffamation venant « du Kremlin », alors que les révélations font partie d’une campagne de désinformation russe.

« Nous savons que toute cette diffamation sur Joe Biden vient du Kremlin », a déclaré M. Schiff sur CNN. « C’est clair depuis plus d’un an maintenant qu’ils font circuler cette fausse histoire sur ce vice-président et son fils. »

Un haut responsable des renseignements a confirmé l’évaluation de Ratcliffe.

« Ratcliffe a raison à 100% », a déclaré le responsable des renseignements à Fox News. Il n’y a pas de renseignements pour le moment pour soutenir la déclaration du président Schiff selon laquelle les récents articles sur les relations commerciales de Biden avec l’étranger font partie d’une campagne intelligente qui « vient du Kremlin ». De nombreux adversaires étrangers cherchent à influencer la politique américaine, les politiques et les récits des médias. Ils n’ont pas besoin de l’aide de politiciens qui diffusent de fausses informations sous le couvert du renseignement ».

Ratcliffe a poursuivi en disant que l’ordinateur portable est « dans la juridiction du FBI ».

« Le FBI en a eu la possession », a-t-il dit. « Sans commenter aucune enquête qu’ils pourraient ou non avoir, leur enquête n’est pas centrée sur la désinformation russe et la communauté du renseignement ne joue aucun rôle à cet égard. »

Il a ajouté: « La communauté du renseignement n’a pas été impliquée dans l’ordinateur portable de Hunter Biden. »

Un haut responsable de l’administration Trump a cependant déclaré à Fox News que le FBI n’enquêtait pas sur les e-mails en tant que désinformation russe.

Le FBI a refusé de confirmer ou de nier l’existence d’une enquête, comme c’est la pratique courante.

Pendant ce temps, la commission sénatoriale de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales enquête sur les courriels de Hunter Biden qui révèlent qu’il a présenté son père, l’ancien vice-président, à un haut dirigeant de la société ukrainienne de gaz naturel Burisma Holdings en 2015.

Ratcliffe a poursuivi en disant que son rôle en tant que directeur du renseignement national, qu’il a assumé au début de l’année, est de « ne pas permettre aux gens d’utiliser la communauté du renseignement pour une histoire politique qui n’est pas vraie ».

« Dans ce cas, Adam Schiff dit que cela fait partie d’une campagne de désinformation et que la communauté du renseignement a évalué et croit que – ce n’est tout simplement pas vrai », a-t-il dit. « Que ce soit les républicains ou les démocrates, s’ils essaient d’exploiter la communauté du renseignement à des fins politiques, je ne le permettrai pas ».

Pendant ce temps, la commission sénatoriale de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales enquête sur les courriels de Hunter Biden.

Les courriels en question ont d’abord été obtenus par le New York Post et, en partie, ont révélé que Hunter Biden a présenté le vice-président de l’époque à un cadre supérieur de la société ukrainienne de gaz naturel Burisma Holdings moins d’un an avant qu’il ne fasse pression sur les responsables gouvernementaux en Ukraine pour qu’ils licencient le procureur Viktor Shokin, qui enquêtait sur la société.

« Nous parlons régulièrement avec les personnes qui envoient des courriels au compte de dénonciation du comité pour déterminer si nous pouvons valider leurs affirmations », a déclaré M. Johnson à Fox News. « Bien que nous considérions ces communications comme confidentielles, parce que l’individu en question a parlé aux médias de son contact avec le comité, nous pouvons confirmer la réception de sa plainte par courriel, nous avons été en contact avec le dénonciateur et nous sommes en train de valider les informations qu’il a fournies ».

Le rapport du Post a révélé que Biden, à la demande de Hunter, a rencontré Vadym Pozharskyi en avril 2015 à Washington, D.C.

La rencontre a été mentionnée dans un courriel de remerciement, selon le Post, que Pozharskyi a envoyé à Hunter Biden le 17 avril 2015 – un an après que Hunter ait pris ses fonctions lucratives au sein du conseil d’administration de Burisma.

« Cher Hunter, merci de m’avoir invité à Washington et de m’avoir donné l’occasion de rencontrer ton père et de passer du temps ensemble. C’est vraiment un honneur et un plaisir », peut-on lire dans le courriel.

Mais la semaine dernière, le porte-parole de la campagne de Biden, Andrew Bates, s’est élevé contre l’article du New York Post, en déclarant « Les enquêtes menées par la presse, lors de la mise en accusation, et même par deux commissions sénatoriales dirigées par des républicains dont le travail a été décrié comme « non légitime » et politique par un collègue du GOP sont toutes arrivées à la même conclusion : Joe Biden a mené la politique officielle des États-Unis envers l’Ukraine et n’a commis aucun acte répréhensible. Des fonctionnaires de l’administration Trump ont attesté ces faits sous serment ».

« Le New York Post n’a jamais interrogé la campagne de Biden sur les éléments essentiels de cette histoire. Ils n’ont certainement jamais soulevé le fait que Rudy Giuliani – dont les théories de conspiration discréditées et l’alliance avec des personnalités liées aux services de renseignement russes ont été largement rapportées – a été accusé de posséder de tels documents », a poursuivi Bates. « De plus, nous avons examiné les horaires officiels de Joe Biden depuis cette époque et aucune réunion, comme le prétend le New York Post, n’a jamais eu lieu ».

La campagne de Joe Biden a également déclaré à Fox News Sunday que l’ancien vice-président « n’a jamais eu de réunion » avec Pozharskyi.

Biden, avant que les e-mails ne fassent surface, a affirmé à plusieurs reprises qu’il « n’a jamais parlé à mon fils de ses relations d’affaires à l’étranger ».

Les relations d’affaires de Hunter Biden, et son rôle au sein du conseil d’administration de Burisma, sont apparus lors de l’enquête de mise en accusation de Trump en 2019.

Biden s’est un jour vanté devant les caméras que lorsqu’il était vice-président et fer de lance de la politique de l’administration Obama en Ukraine, il avait réussi à faire pression sur l’Ukraine pour qu’elle licencie Shokin, qui était alors le principal procureur. Il avait enquêté sur le fondateur de la Burisma.

« Je les ai regardés et j’ai dit: Je pars dans six heures. Si le procureur n’est pas renvoyé, vous n’aurez pas l’argent », a déclaré tristement Biden au Conseil des relations étrangères en 2018.

« Eh bien, fils de p—« , a-t-il poursuivi. « Il s’est fait virer. »

Biden et ses alliés ont cependant maintenu que son intervention qui a conduit au licenciement de Shokin n’avait rien à voir avec son fils, mais était plutôt liée à des problèmes de corruption.

Entre-temps, le Post a rapporté mercredi que les courriels faisaient partie d’un ensemble de données récupérées sur un ordinateur portable qui avait été déposé dans un atelier de réparation du Delaware en avril 2019.

Le Post a rapporté que d’autres documents ont été retrouvés sur l’ordinateur portable, y compris une vidéo, qu’ils ont décrite comme montrant Hunter fumant du crack alors qu’il était en train de se livrer à un acte sexuel avec une femme non identifiée, ainsi que d’autres images sexuellement explicites.

Le FBI aurait saisi l’ordinateur et le disque dur en décembre 2019. Le propriétaire du magasin a cependant déclaré avoir fait une copie du disque dur et l’avoir ensuite donnée à l’avocat de l’ancien maire Rudy Giuliani, Robert Costello.

Le Post a rapporté que le FBI avait soumis des questions sur le disque dur et l’ordinateur portable au bureau du procureur du Delaware, où un porte-parole a déclaré que le bureau « ne peut ni confirmer ni nier l’existence d’une enquête ».

Un avocat de Hunter Biden n’a pas commenté les détails, mais a plutôt déclaré au Post que Giuliani « a poussé des théories de conspiration largement discréditées sur la famille Biden, en s’appuyant ouvertement sur des acteurs liés aux renseignements russes ».

Giuliani n’a pas répondu aux demandes de commentaires de Fox News.

Un autre courriel, daté du 13 mai 2017 et obtenu par Fox News, comprend une discussion sur les « paquets de rémunération » pour six personnes dans le cadre d’un accord commercial avec une entreprise énergétique chinoise. Le courriel semble identifier Hunter Biden comme « président / vice-président en fonction d’un accord avec la CEFC », dans une référence apparente à la CEFC China Energy Co.

Le courriel contient une note indiquant que « Hunter a des attentes de bureau qu’il va développer ». Une proposition de division du capital fait référence à « 20 » pour « H » et à « 10 détenu par H pour le gros bonnet » (the big guy), sans plus de détails.

Fox News a parlé à l’une des personnes ayant reçu une copie du courriel, qui a confirmé son authenticité.

Des sources ont également déclaré à Fox News que « le gros bonnet » était une référence à l’ancien vice-président. Le New York Post a initialement publié les e-mails, et d’autres, que Fox News a également obtenus.

Bien que M. Biden n’ait pas commenté ce courriel, ni sa prétendue implication dans des transactions avec la société chinoise d’énergie, sa campagne a déclaré qu’elle avait publié les documents et les déclarations fiscales de l’ancien vice-président, qui ne reflètent aucune implication dans des investissements chinois.

Fox News a également obtenu un courriel la semaine dernière qui révèle qu’un conseiller de Burisma Holdings, Vadym Pozharskyi, a écrit un courriel à Hunter Biden le 12 mai 2014, lui demandant des « conseils » sur la façon dont il pourrait utiliser son « influence pour transmettre un message » pour « arrêter » ce que la société considère comme des « actions à motivation politique ».

« Nous avons besoin de toute urgence de vos conseils sur la manière dont vous pourriez utiliser votre influence pour transmettre un message, un signal, etc. pour mettre fin à ce que nous considérons comme des actions à motivation politique », a écrit M. Pozharskyi.

Le courriel, qui fait partie d’une chaîne de courriels plus longue obtenue par Fox News, semblait faire référence au fondateur de l’entreprise, Mykola Zlochevsky, qui faisait l’objet d’une enquête.

Concernant « The big guy », ou « the big man » (le patron, ou le gros bonnet), hier Rick Grenell, l’ex-directeur du Renseignement National, semblait indiquer que le « big guy » est Joe Biden, comme je le pensais.

3 Comments

  1. patrick
    patrick octobre 19, 2020

    bevan cooney qui est en prison et ancien associé de hunter biden vient de donner accès a sa boite mail avec autorisation pour divulguer les informations.

    les hyènes se mangent entre elles

  2. Tina
    Tina octobre 19, 2020

    Merci Dan pour la traduction !
    On te suit et on attend tes analyses .
    Bon courage

  3. Mog
    Mog octobre 20, 2020

    Merci pour ton travail Dan . On diffuse discrètement l’adresse de ton site à des gens de confiance. Tes analyses sont vitales pour la compréhension des événements en cours .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 + 3 =