Press "Enter" to skip to content

Q4876

no 4876
15-Oct-2020 5:32:42 PM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
twitter.com/WashTimes/status/1316782387079131144
Q

============
MON ANALYSE
============

Puisqu’au moment où je prépare ceci Twitter a de sérieuses difficulté, voici l’article qui était partagé dans le tweet. Prenez le temps de lire l’article, ça concerne encore une autre affaire de corruption avec Hunter et Joe Biden.

Hunter Biden a demandé à un milliardaire chinois de payer 10 millions de dollars afin d’être présenté à son père, selon des courriels

Hunter Biden recevait une rémunération annuelle de 10 millions de dollars d’un milliardaire chinois accusé de corruption et avec lequel il cherchait à augmenter ses entrées d’argent grâce à une coentreprise, comme le montre un courriel d’août 2017 de M. Biden.

L’argent était destiné uniquement aux « présentations », a déclaré M. Biden, fils du candidat démocrate à la présidence, Joseph R. Biden. Un autre courriel adressé à Hunter Biden par un consultant indique qu’une participation de 10% dans une société anonyme reviendra au « grand patron »? (« big guy »)

Hunter Biden a rencontré le milliardaire Ye Jianming, président du conglomérat CEFC China Energy Co., pendant la vice-présidence de son père.

Les courriels ont été rapportés pour la première fois par le New York Post jeudi. Le journal a obtenu un cache de messages, de documents et de photos d’un ordinateur portable MacBrook Pro censé appartenir à Hunter Biden, par l’intermédiaire de Rudy Giuliani, avocat de Donald Trump.

La chaîne de possession rapportée par le New York Post : Quelqu’un a laissé le MacBook dans un atelier de réparation en avril 2019 dans le Delaware et ne l’a jamais récupéré. Le propriétaire de l’atelier, John Paul Mac Isaac, en a revendiqué la propriété légale. Il a fourni une copie au FBI et à M. Giuliani. L’avocat du Trump menait une enquête très médiatisée sur les liens financiers de Hunter Biden avec une entreprise énergétique en Ukraine qui faisait l’objet d’une enquête pour corruption, Burisma Holdings, et son propriétaire, l’oligarque milliardaire Mykola Zlochevsky.

Un rapport des républicains du Sénat publié le mois dernier dit que Hunter Biden a « encaissé » la vice-présidence de son père. Le rapport indique que la relation d’affaires entre Hunter Biden et son père s’est intensifiée en 2015. Hunter Biden a volé avec son père, alors vice-président, sur Air Force 2 en 2013 et y a noué des contacts d’affaires.

M. Ye, 43 ans, qui entretenait des liens étroits avec l’armée chinoise et le Parti communiste, a été accusé par le gouvernement de corruption et a disparu en 2018.

L’e-mail de M. Hunter Biden de 2017 a été envoyé à Gongwen Dong, un confident de Ye qui a négocié ses énormes contrats d’investissement et a traité directement avec Hunter Biden.

Dans son message d’août 2017, Hunter Biden a fait part de ses attentes quant à l’obtention de plus d’argent de la part du « président ».

« J’ai cru comprendre que l’accord initial avec le directeur portait sur des honoraires de conseil basés sur les seules introductions; un taux de 10 millions de dollars par an pendant trois ans; une garantie totale de 30 millions de dollars », a écrit Hunter Biden à M. Gongwen. « Le président [M. Ye] a modifié cet accord après notre visite à Miami, pour un arrangement beaucoup plus durable et profitable, afin de créer une société en holding détenue à 50 % par moi et à 50 % par lui. Les honoraires de conseil constituent une partie de nos revenus, mais la raison pour laquelle cette proposition du président était beaucoup plus intéressante pour moi et ma famille est que nous serions également partenaires dans les capitaux propres et les bénéfices de l’entreprise commune ».

Hunter Biden a dit à M. Gongwen dans le courriel que si la coentreprise ne fonctionnait pas « alors s’il vous plaît, retournez-nous à l’accord initial 10 millions par an, 3 ans garantis plus des paiements de bonus pour tout accord réussi que nous introduisons ».

Le New York Post a reproduit jeudi un second courriel montrant un consultant international, James Gilliar, disant à Hunter Biden en mai 2017 comment le CEFC de Ye Jianming va diviser les paiements pour une société anonyme dont Hunter est « président / vice-président ».

L’email dit que Hunter recevra 20% des actions, plus 10% « détenus par H pour le grand patron »?

L’email n’identifie pas le « grand patron » (the « big guy »).

Le New York Post a rapporté mercredi qu’un haut dirigeant de la compagnie ukrainienne Burisma a envoyé un e-mail à Hunter Biden le remerciant d’avoir organisé une réunion en 2015 avec son père, alors vice-président. Ce narratif va à l’encontre des affirmations de Joseph Biden selon lesquelles il n’était pas au courant des affaires de son fils.

Le président Barack Obama a désigné M. Biden comme l’homme de pointe sur l’Ukraine en février 2014. Trois mois plus tard, Hunter Biden a été ajouté au conseil d’administration de la Burisma et a récolté des millions de dollars dans les années qui ont suivi, selon le rapport du Sénat.

La campagne de M. Biden a répondu en disant qu’il n’existe pas de compte rendu officiel d’une telle rencontre, mais qu’il aurait pu y avoir une brève rencontre, a rapporté le journal Politico.

L’avocat de Hunter Biden n’a pas nié l’authenticité des courriels.

Le président du Sénat pour la sécurité intérieure et les affaires gouvernementales, Ron Johnson, républicain du Wisconsin, a déclaré sur Fox News qu’un « dénonciateur » – apparemment le propriétaire d’un magasin d’informatique, M. Isaac – a fourni des données à la commission, qui les évaluera.

Lui et le président de la commission des finances du Sénat, Chuck Grassley, républicain de l’Iowa, ont publié un rapport sur les liens financiers très étendus de Hunter Biden sous l’administration Obama. Outre la Chine et l’Ukraine, M. Biden a reçu un virement de 3,5 millions de dollars d’une oligarque russe en février 2014 pour des services de conseil. Il a également reçu des millions de dollars en paiements de Burisma Holdings en tant que membre du conseil d’administration.

Le rapport du Sénat détaille comment Hunter Biden a créé une société limitée (LLC) appelée Hudson West en avril 2016 qui est devenue un point de réception de l’argent chinois. M. Gongwen, l’associé de M. Ye, a joué un rôle dans la création de cette société.

En août 2017, le même mois où Hunter Biden parlait à M. Gongwen de ses 10 millions d’acomptes, le CEFC a viré 5 millions de dollars à Hudson West. Hunter Biden a envoyé 4,7 millions de dollars à son cabinet d’avocats, comme le montre le rapport du Sénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − quinze =