Press "Enter" to skip to content

Q4888

no 4888
18-Oct-2020 12:45:19 AM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
nypost.com/2020/10/17/hunter-biden-reportedly-also-had-business-ties-in-kazakhstan/
Subpoena pour tous les dossiers financiers de Hunter Biden?
Coup mortel?
La boîte de Pandore de « l’élite politique »?
Q

============
MON ANALYSE
============

Je ne sais pas si un subpoena (citation à comparaître) a déjà été autorisé (et rendu public) pour les finances de Hunter Biden, mais si c’est le cas, le Département de la Justice américain pourra dresser un méga portrait de la corruption autour des Biden (si ce n’est pas déjà fait).

L’article du New York post reprend une partie d’un article du Daily Mail qui est tout aussi intéressant alors je traduis les deux ci-dessous. Celui du Daily Mail parle d’une vidéo explicite de 12 minutes filmée à partir d’un téléphone portable avec Hunter Biden et une femme, tout en consommant de la drogue dure. Je mentionne ce point parce que j’ai vu passer des informations (qui restent à prouver) que cette vidéo serait de 12m33s et la femme en question serait une mineure. Ce serait en lien avec le post #4879, alors que Q rapportait un tweet de Chanel Rion qui parlait « d’obsessions de mineures » de Hunter Biden.

L’article du New York Post:

Selon un rapport, Hunter Biden a également eu des relations d’affaires au Kazakhstan.

Hunter Biden est confronté à de nouvelles questions concernant les affaires dans un autre pays, le Kazakhstan.

Entre 2012 et 2014 – lorsque son père Joe Biden était vice-président – Hunter Biden a travaillé comme intermédiaire pour Kenes Rakishev, un oligarque kazakh très proche du leader kleptocratique de longue date, Noursultan Nazarbaïev, rapporte le Daily Mail.

Le tabloïd britannique a déclaré avoir obtenu des courriels de « militants anti-corruption » au Kazakhstan montrant Hunter entrant en contact avec Rakishev et essayant de faciliter l’investissement de son argent à New York, Washington DC et dans une société minière du Nevada.

Grâce à ses contacts, les courriels montrent que Hunter Biden a réussi à obtenir un investissement d’un million de dollars de Rakishev pour la cinéaste Alexandra Forbes Kerry – la fille de l’ex-Sen. et ancien candidat démocrate à la présidence John Kerry, selon le rapport.

Hunter Biden s’est également rendu à Astana, la capitale du pays, pour des entretiens d’affaires.

Rakishev, cependant, a rencontré à plusieurs reprises des problèmes pour trouver des partenaires commerciaux occidentaux en raison des origines obscures de sa richesse. La respectable International Finance Corp. a conclu un accord avec lui sur des « responsabilités » découlant de ses liens avec les dirigeants du pays.

Comme dans d’autres pays comme l’Ukraine et la Chine où Hunter faisait son commerce, Joe Biden n’était peut-être pas loin derrière. Le Mail a publié une photo obtenue dans le cadre de « L’Initiative kazakhe de recouvrement des avoirs », montrant Hunter Biden avec son père rayonnant aux côtés de Rakishev.

Hunter Biden et Rakishev ont également entretenu une longue et amicale correspondance personnelle, comme le montrent les prétendus courriels.

« Je suis en vacances avec ma famille [au] lac Michigan… et j’essaie de passer du temps avec ma femme et mes filles. C’est mon 20e anniversaire de mariage demain », a déclaré M. Hunter à M. Rakishev en 2013.

L’article du Daily Mail:

Le prince Andrew, les oligarques et une nouvelle bombe pour Joe Biden : l’Amérique convulsée par les photos du fils de l’ancien vice-président. Mais alors que Guy Adams découvre les liens avec un régime suspect (et le Duc de York), quels dommages peut-il causer ?

Par GUY ADAMS POUR THE DAILY MAIL

PUBLIÉ : 17:16 EDT, 16 octobre 2020 | MISE À JOUR : 08:27 EDT, 17 octobre 2020

Hunter Biden est un avocat américain de 50 ans dont le vieux père Joe espère que dans un peu plus de quinze jours, il détrônera Donald Trump à l’élection présidentielle américaine.

Il est également deux fois marié et père de cinq enfants (l’un par une liaison éphémère avec une ancienne strip-teaseuse). Il a lutté contre la dépendance à la cocaïne et à l’alcool pendant la plus grande partie de sa vie adulte et en 2014, lorsque son père était vice-président de Barack Obama, il a réussi à se faire expulser de la Réserve navale américaine pour avoir échoué à un test de dépistage de drogue.

Cette semaine, le New York Post a eu une surprise d’octobre en obtenant des images de Hunter de différentes façons: allongé dans son lit en fumant une pipe à crack, allongé dans sa baignoire avec une cigarette à la bouche, et jouant le rôle principal dans une vidéo de 12 minutes d’un téléphone portable qui, selon les termes du journal, le voyait se taper des narcotiques de classe A « pendant qu’il se livrait à un acte sexuel avec une femme non identifiée ».

Le plus sensationnel – si vous croyez le camp Trump, c’est-à-dire – c’est qu’il a également publié des fuites de courriels qui semblent impliquer Joe dans une controverse de longue date sur la carrière commerciale mouvementée de son fils. Pour comprendre pourquoi, vous devez d’abord savoir que Biden Jr a été critiqué pendant des années pour son travail lucratif mais éthiquement douteux à l’étranger, ce qui a souvent créé des conflits d’intérêts apparents avec les rôles officiels de Joe.

Par exemple, en 2014, alors que Joe, en tant que vice-président, aidait à mettre en œuvre la politique américaine en Ukraine, Hunter a pris un emploi très bien rémunéré dans une entreprise énergétique ukrainienne appelée Burisma (dont nous parlerons plus tard).

À peu près à la même époque, il a noué des liens ténébreux et litigieux avec la Russie, aidant sa société de conseil en investissement Rosemont Seneca à recevoir quelque 3,5 millions de dollars de la veuve milliardaire de l’ancien maire de Moscou Iouri Loujov (plus connu sur ces rives pour avoir fait un don de 138 000 livres sterling au fonds du maire de Londres Sadiq Khan).

Puis il y a eu un épisode quelque peu douteux en Chine, où Hunter a organisé une rencontre (et une poignée de main très publique) avec Joe dans le hall d’un hôtel de Pékin, lors d’une visite officielle, pour un entrepreneur appelé Jonathan Li, avec lequel il créait un fonds d’investissement.

De telles entreprises, dans des régions du monde peu connues pour leur probité, ont toujours eu une odeur distincte. Alors que devrions-nous faire de la révélation selon laquelle, lorsque son père était vice-président, Biden Jr faisait des affaires dans un quatrième pays, qui était saturé d’argent mais très corrompu?

À savoir : Le Kazakhstan.

Le Mail peut révéler qu’entre 2012 et 2014, Hunter a travaillé comme une sorte d’intermédiaire pour Kenes Rakishev, un soi-disant « homme d’affaires international, investisseur et entrepreneur » ayant des liens familiaux étroits avec le régime kleptocratique de l’ancien président despotique de son pays, Nursultan Nazarbayev.

(Nazarbaev est un nom que les lecteurs connaissent peut-être : c’est le dictateur célèbre pour avoir emmené le prince Andrew à la chasse aux oies de temps en temps).

Les courriels transmis à ce journal par des militants anti-corruption de ce pays d’Asie centrale révèlent que Biden Jr a tenu de nombreuses réunions avec Rakishev, qui cherchait à investir une partie de sa fortune personnelle à New York et Washington DC. Il s’est également rendu à Astana, la capitale kazakhe, pour y tenir des discussions d’affaires.

Hunter Biden a ensuite tenté de persuader Rakishev d’investir dans une société minière du Nevada, en organisant une série de réunions avec cette entreprise, avant de le convaincre d’investir un million de dollars avec Alexandra Forbes Kerry, la fille du cinéaste et sénateur démocrate John Kerry, ancien candidat à la présidence.

Rakishev, qui a écrit des messages dans un anglais approximatif, semble être devenu intime avec le fils du vice-président, appelant Hunter « mon frère » et « mon frère d’une autre mère ».

Ils ont partagé des ragots sur leurs vacances en famille et ont dîné ensemble dans des restaurants de luxe à New York et Washington DC (« Je suis en vacances avec ma famille [au] lac Michigan… pour essayer de passer du temps avec ma femme et mes filles. C’est mon 20e anniversaire de mariage demain », a déclaré M. Hunter à M. Rakishev en juillet 2013).

Il se peut même que Joe Biden lui-même ait été entraîné dans l’orbite de l’oligarque. Une photographie non vérifiée, publiée sur le site web d’un groupe anti-corruption appelé « Kazakhstani Initiative on Asset Recovery » (« L’Initiative kazakhe de recouvrement des avoirs »), semble montrer Hunter présentant son père à la fois à Rakishev et à un certain Karim Massimov, l’ancien Premier ministre kazakh.

Qui est donc exactement Rakishev?

Au Royaume-Uni, il est peut-être mieux connu en raison d’un étrange épisode de 2008 où il avait aidé un copain oligarque du nom de Timur Kulibayev à utiliser une entreprise enregistrée dans les îles Vierges britanniques pour acheter une maison au prince Andrew (encore cet homme !): son manoir de Windsor, Sunninghill Park, qui s’est étrangement vendu 15 millions de livres, soit environ 3 millions de plus que le prix demandé.

La couverture de l’épisode avait noté que Kulibayev était le gendre du despote Nazarbayev mentionné ci-dessus, qui a dirigé le Kazakhstan pendant plus de deux décennies, le transformant en l’une des kleptocraties les plus corrompues du monde.

Rakishev, pour sa part, est marié à la fille d’un ancien maire de la capitale du pays (récemment rebaptisé « Nursultan », d’après le vieux despote), qui en a ensuite été le ministre de la défense et le vice-premier ministre. Dans l’ensemble, il s’agissait d’un lien intrigant.

En 2012, Rakishev venait de rejoindre la liste des 15 magnats les plus influents du Kazakhstan établie par le magazine Forbes, avec des actifs estimés à quelque 332 millions de dollars. Comme beaucoup d’oligarques en possession d’une énorme fortune, Rakishev cherchait un endroit sûr pour la garer, il était donc venu en Amérique à la recherche de nouveaux endroits où investir ses roubles durement gagnés.

Malheureusement, les choses ne se sont pas déroulées sans heurts. En effet, dans le monde hautement réglementé du capitalisme occidental, Rakishev a découvert que les partenaires d’investissement de premier ordre étaient souvent réticents à accepter son argent.

À blâmer? Le fait que personne n’était entièrement sûr de l’origine de sa richesse.

Par exemple, les fuites de courriels obtenues par le Mail montrent que la International Finance Corporation, une organisation sœur très respectable de la Banque mondiale, a eu des entretiens préliminaires avec Rakishev au sujet d’une collaboration commerciale, avant de décider de se retirer.

Je peux révéler que la IFC a ensuite poliment informé l’oligarque qu’elle « ne peut pas investir avec lui » parce que ses « processus de diligence raisonnable très approfondis » avaient établi qu’il avait des « connexions » impliquant la « famille du président » qui « sont un handicap pour nous ».

Apparemment indigné, M. Rakishev a répondu qu’il veillerait à ce que l’organisation « ne travaille jamais au Kazakhstan avec quiconque ».

Le ministère américain de la justice s’est alors intéressé à Rakishev. Il l’a rapidement entraîné dans une enquête sur des violations potentielles de la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger concernant « un investissement dans l’industrie du pétrole et du gaz au Kazakhstan ».

Bien que Rakishev ait immédiatement nié tout méfait et qu’aucune accusation n’ait jamais été portée, en septembre 2013, il a décidé d’engager un cabinet d’avocats américain notoirement coûteux appelé Greenberg Traurig pour s’occuper des attaques à venir lié à l’enquête.

Il semble que deux avocats qui ont dirigé une équipe travaillant sur l’affaire du Kazakh, John Pappalardo et Stanford Saunders, l’ont facturé respectivement environ 1 000 et 700 dollars de l’heure.

Photo: Hunter et Joe Biden (respectivement au centre et à gauche de la photo) avec l’oligarque Kenes Rakishev (à l’extrême gauche). Le Mail peut révéler qu’entre 2012 et 2014, Hunter a travaillé comme une sorte d’intermédiaire pour Rakishev.

C’était sans doute une entreprise très problèmatique (et coûteuse), sans parler de la frustration d’un homme qui avait peut-être pris l’habitude de faire ce qu’il voulait. C’est peut-être ce qui l’a persuadé de rencontrer Hunter Biden, membre de l’une des plus puissantes dynasties politiques américaines.

En mai 2012, il a reçu un courriel de Devon Archer, partenaire commercial de Hunter, un avocat et ancien mannequin du cabinet Abercrombie & Fitch. « Pouvez-vous dîner avec moi, Hunter Biden, Alex [Forbes Kerry] et son équipe mercredi prochain à New York ? Je veux faire savoir à Hunter quand il devrait venir de Washington pour vous voir mercredi. J’ai hâte de vous voir! »

Rakishev a répondu : « Salut Devon! Je serais heureux de dîner avec toi et tous nos amis! Merci beaucoup pour les invitations! Prends soin de mon frère! »

En juillet, Hunter s’était rendu à Astana pour discuter des opportunités d’affaires. Je voulais vérifier avec vous et voir quelles étaient les prochaines étapes de notre visite au Kazakhstan », écrivait-il dans un courriel envoyé peu après à Rakishev. Faites-moi savoir si vous avez besoin de quelque chose de ma part.

Trois mois plus tard, M. Biden aidait M. Rakishev à organiser des discussions sur l’investissement dans Prospect Global Resources, une entreprise d’extraction de potasse basée dans l’est de l’Arizona.

Bien que les courriels que le Mail a reçus montrent que les discussions ont finalement échoué, il est resté en bons termes: Je voulais vous recontacter et poursuivre nos conversations », a écrit M. Hunter à M. Kulibayev le 25 novembre 2012. Je comprends que vous et Timur ayez évalué le PGRX, mais ce n’était pas une bonne solution pour le moment. Je vous remercie d’y avoir jeté un coup d’œil et de nous avoir fait part de vos commentaires. Faites-moi savoir quand vous voudrez vous connecter ».

Le duo est resté en contact étroit tout au long de l’année suivante, discutant de toute une série de projets commerciaux.

Puis, fin octobre 2013, Archer, le partenaire de Biden, a organisé une conférence téléphonique entre Rakishev et Alex Forbes Kerry, qui tentait alors de réunir des fonds pour lancer une société de production cinématographique.

Immédiatement après l’appel de décembre, Rakishev a envoyé un courriel contenant une heureuse nouvelle: « Merci, mon frère d’une autre mère! Merci beaucoup, mon frère! Nous avons décidé d’investir 1 million [de dollars]! Donne-leur mon e-mail!

Mme Forbes Kerry, qui n’a jamais reconnu publiquement sa dette envers Rakishev, a finalisé l’accord en janvier 2014. Le mois suivant, elle et Biden ont rencontré Rakishev pour un dîner à Washington DC.

C’était un plaisir de vous rencontrer avec Devon et Hunter l’autre jour », lui a-t-elle dit par e-mail. Je tiens à vous remercier pour la belle montre! Je suis désolée de ne pas l’avoir ouverte à table. J’ai mal compris et j’ai pensé que c’était un cadeau de bébé, alors je ne l’ai ouverte que lorsque j’étais à la maison. Elle est absolument magnifique et vous êtes si généreux… Venez vite à New York et amenez votre famille. Nous vous accueillerons, vous et votre équipe ».

M. Rakishev a répondu qu’il avait l’intention d’accepter cette offre en septembre. Il a écrit : « Restons en contact!

Malheureusement, au moment de cet heureux échange, le mariage de Biden était en train de s’effondrer. Les choses ont culminé par un divorce spectaculairement hostile dans lequel sa femme Kathleen a affirmé qu’il avait dépensé « de manière extravagante pour ses propres intérêts (y compris la drogue, l’alcool, les prostituées, les clubs de strip-tease et les cadeaux pour les femmes avec lesquelles il a des relations sexuelles), tout en laissant la famille sans argent pour payer les factures légitimes ».

Photo: Rakishev est connu grâce à un étrange épisode de 2008 où il avait aidé un ami oligarque du nom de Timur Kulibayev à utiliser une entreprise enregistrée dans les îles Vierges britanniques pour acheter une maison au prince Andrew (encore cet homme!)

En 2017, il a été révélé qu’il sortait avec Hallie Olivere, la veuve de son frère, Beau Biden, un politicien américain qui est mort d’une tumeur au cerveau en 2015. Le couple s’est séparé quelques mois plus tard.

Au début de l’année, Hunter a été poursuivi en justice par une ancienne strip-teaseuse du nom de Lunden Alexis Roberts, qui a réussi à faire valoir qu’il était le père de son enfant. Il s’est récemment marié une seconde fois avec la cinéaste Melissa Cohen.

À cette époque, Hunter était bien sûr le sujet d’une controverse politique spectaculaire. Celle-ci découlait de sa décision, en 2014, d’accepter un poste à 50 000 dollars par mois au sein du conseil d’administration de Burisma, une société gazière et pétrolière ukrainienne.

Ce poste, pour lequel M. Hunter n’avait pas de qualifications évidentes (dans un secteur où il n’avait jamais travaillé), lui a été attribué alors que son père Joe parcourait la région en tant que vice-président de Barack Obama, afin de renforcer le soutien au gouvernement ukrainien après l’annexion de la Crimée par la Russie.

Par l’intermédiaire de Joe, la Maison Blanche faisait non seulement pression sur l’Ukraine pour qu’elle devienne plus indépendante sur le plan énergétique en exportant du pétrole et du gaz vers l’Ouest, mais elle demandait également à son gouvernement de faire davantage pour éradiquer la corruption.

En particulier, les États-Unis et leurs alliés demandaient le renvoi du principal procureur du pays qui, à l’époque, menait une enquête sur des allégations de malversations en Burisma.

Tout cela signifiait que le vice-président des États-Unis semblait utiliser sa position pour approuver des politiques qui allaient générer d’énormes profits pour une entreprise qui avait soudainement décidé d’engager son propre fils comme directeur.

Comme le journal The Guardian l’a dit à l’époque: « La propagande de Poutine peut prendre un long week-end. Leur travail est fait pour eux ».

Les courriels de cette semaine, qui ont fait l’objet d’une fuite dans le New York Post, laissent entendre qu’en échange de son gros salaire, Hunter aurait tenté, en 2015, de faire en sorte qu’un cadre supérieur de Burisma, Vadym Pozharskyi, « passe un peu de temps avec » Joe à Washington DC.

Il n’est toujours pas clair si une telle rencontre a eu lieu. En effet, la campagne de Biden, sans contester l’authenticité des courriels, a publié cette semaine une déclaration soigneusement rédigée insistant sur le fait qu' »aucune rencontre, comme le prétend le New York Post, n’a jamais eu lieu ».

Quoi qu’il en soit, Donald Trump a depuis longtemps développé une sorte d’obsession pour cette affaire.

L’année dernière, il a menacé de retirer le soutien américain à l’Ukraine si le gouvernement de ce pays n’acceptait pas d’enquêter sur les liens de Hunter Biden avec la Burisma. (Note de Dan: CECI EST FAUX, il n’y a jamais eu de quid pro quo à ce sujet, la transcription de l’appel a été rendue publique et le sénat a mis fin à l’affaire.)

À Washington, cela a ensuite déclenché une tentative infructueuse de mettre en accusation Trump pour abus de pouvoir présidentiel en sollicitant prétendument l’intervention d’un gouvernement étranger pour l’aider à se faire réélire. En guise de réponse, les républicains du Sénat américain ont commandé un rapport très critique sur les affaires commerciales.

Le 22 avril 2014, trois mois seulement après la conclusion du contrat de production d’un film d’un million de dollars, une société offshore appelée Novatus a viré 143 000 dollars à Rosemont Seneca, la société de Hunter Biden, en disant que l’argent était « pour une voiture ».

Le rapport ajoute que le « seul actionnaire » de Novatus était Kenes Rakishev, et indique que la réception de cet argent était « particulièrement inquiétante ».

Mais comme nous pouvons le révéler aujourd’hui, la véritable relation de Hunter Biden avec l’oligarque extrêmement riche est en fait bien plus profonde que ce que quiconque – même Donald Trump – a pu rêver auparavant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 − 8 =