Press "Enter" to skip to content

Q4788

Last updated on novembre 4, 2020

no 4788
29-Sep-2020 12:43:18 PM EDT
Q !!Hs1Jq13jV6
image0.jpeg
image1.jpeg
Ceux qui crient le plus fort…
Q

============
MON ANALYSE
============

Ce post est en lien avec les posts #4778 (sur la normalisation de la pédophilie) et #4777 (sur le projet de loi du congrès contre Qanon). Q partage l’image de la résolution 1154 (« Condamner Qanon et les théories de conspiration que ça promouvoit »), avec le nom de la personne qui la commandite, Tom Malinowski, et il partage l’image de la couverture d’un article intitulé « Tom Malinowski a fait pression pour protéger les prédateurs sexuels ».

Q dit « Ceux qui crient le plus fort… » (« sont ceux qui ont le plus à perdre. »)

Curieux que Qanon dénonce la pédophilie mais que Malinowski attaque Qanon… Est-ce que malinowski a quelque chose à cacher à ce sujet? Est-ce que Malinowski travaillerait en faveur de la normalisation de la pédophilie?

Le journaliste Ben Swann y est allé d’une théorie intéressante selon laquelle la poussée pour condamner Qanon serait liée au contenu sur les ordinateurs portables de fiston Biden. À écouter ici:

L’article traduit:

=-=-=

Tom Malinowski fait pression pour protéger les prédateurs sexuels

MICHAEL MCADAMS | 6 AOÛT 2020

Ce titre n’est pas une erreur.

Alors qu’il était un lobbyiste bien payé de DC, Tom Malinowski a travaillé pour que les délinquants sexuels qui violaient des enfants n’aient pas à s’inscrire dans un registre national des délinquants sexuels et a fait pression pour que les prédateurs sexuels reçoivent des peines plus légères.

 

Au cas où vous l’auriez manqué…

Un Democrate du New Jersey fait pression contre le registre des délinquants sexuels
Washington Free Beacon
Yuichiro Kaktani
6 août 2020
freebeacon.com/2020-election/nj-dem-lobbied-against-sex-offender-registry/

Tom Malinowski, membre du Congrès démocrate du New Jersey, s’est battu contre l’établissement du registre national des délinquants sexuels en tant que principal lobbyiste de Human Rights Watch, selon un examen des dossiers du Congrès et des divulgations sur le lobbying.

Avant d’entrer en fonction, le démocrate s’est opposé à un projet de loi sur la criminalité de 2006 qui imposait des peines plus sévères aux prédateurs sexuels, notamment un enregistrement permanent dans le registre national des délinquants sexuels pour les délinquants violents qui s’en prenaient aux enfants. Avec ses collègues lobbyistes, il a fait valoir dans une lettre au Congrès qu' »aucune justification légitime de sécurité communautaire » n’existe pour créer un tel registre, dont ils ont averti qu’il exposerait les délinquants « à des risques de représailles et de discrimination ».

« Le crime, même s’il s’agit d’un délit sexuel, ne devrait pas être autorisé à enfreindre les principes d’équité et de proportionnalité », a écrit le groupe dans la lettre signée par le collègue de Malinowski. « Human Rights Watch vous invite à voter contre le projet de loi sur les délinquants sexuels ».

M. Malinowski s’est fait connaître pour la première fois lorsque l’administration Obama a fait appel à lui pour devenir secrétaire adjoint à la démocratie, aux droits de l’homme et au travail au département d’État en 2014. La Maison Blanche l’a choisi parce qu’elle aimait la réputation de Malinowski en tant que « bon gars lobbyiste », selon le Center for Responsive Politics, mais les efforts antérieurs de Malinowski pour bloquer un effort largement populaire pour tenir les prédateurs sexuels responsables complique son héritage en tant que lobbyiste de Washington.

En tant que représentant des étudiants de première année, Malinowski a souvent vanté ses qualités de défenseur des droits de l’homme en faisant valoir son mandat à Human Rights Watch. Sa campagne n’a pas répondu aux demandes de commentaires sur la question de savoir si le membre du Congrès maintient ses efforts de lobbying antérieurs contre le projet de loi sur les délinquants sexuels.

Malinowski a été directeur de Human Rights Watch à Washington entre 2001 et 2013, poussant l’agenda d’un groupe à but non lucratif qui est loué pour son travail humanitaire mais critiqué pour son prétendu parti pris anti-Israël. Le directeur exécutif du groupe a promu une tribune libre liant la suprématie blanche au sionisme et a blâmé Israël pour la montée de l’antisémitisme en Europe. Malinowski a fait du lobbying sur une grande variété de projets de loi pendant ses 12 ans de mandat, y compris la législation sur les délinquants sexuels, selon les révélations des lobbyistes.

Le projet de loi sur la criminalité a été adopté par la Chambre et le Sénat par vote vocal en 2006, ce qui indique un soutien bipartite à la législation. En plus du registre national des délinquants sexuels, le projet de loi a également imposé des peines plus sévères pour les délinquants sexuels en étendant la peine de mort et en exigeant des peines minimales plus élevées pour les délinquants. L’équipe de M. Malinowski s’est également opposée à ces sanctions plus sévères, arguant que les peines plus sévères sont arbitraires et excessivement cruelles.

Malinowski mène une campagne de réélection difficile contre Tom Kean Jr, leader du Sénat républicain du New Jersey. Le dernier sondage, effectué en avril, a montré que les deux candidats sont au coude à coude, Kean détenant une légère avance.

=-=-=

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 − 1 =